Archive for category: Documentaires

La nuit sans fin, documentaire sur Ava Gardner

Film de commande, pour la chaîne câblée TCM dont la programmation fait la part belle aux productions de l’âge d’or hollywoodien, La nuit sans fin n’en est pas moins un magnifique hommage à l’une des plus belles icônes du cinéma : Ava Gardner. Isaki Lacuesta étudie la fascination que l’Espagne, terre refuge, exerçait sur la star. Il donne la parole aux espagnols qui eurent l’immense honneur de la côtoyer dans les fêtes madrilènes ou sur les sets de « Pandora et le hollandais errant », film tourné à Tossa del Mar, en Catalogne. De simples pêcheurs sexagénaires, la doublure de natation au corps aujourd’hui affaissé, un pianiste renommé ou l’épouse de Luis Miguel Dominguín, le torero aimé, prennent la parole devant la caméra pour nous parler de leur Ava…

Read more

Jean-Claude Dreyfus

Jean-Claude Dreyfus publie son autobiographie. En fait de, il s’agit plutôt d’une compilation de souvenirs, au ton léger, dépourvu de la pesanteur mortuaire que peut parfois revêtir le genre – j’ajouterai bien qu’il ne fait pas sa propre éloge funèbre si, justement, il ne la faisait pas vraiment au dernier chapitre ! –

Read more

Publication: Conversations with James Gray, Jordan Mintzer

Cinemapolis salue la publication d’un ouvrage phare sur le réalisateur James Gray qui, en quatre longs métrages, a su imposer sa vision très personnelle de New York, du film noir et du rêve américain…
Écrit par Jordan Mintzer, critique au Hollywood Reporter qui a débuté sa carrière chez Variety, Conversations with James Gray est aussi un très beau livre d’art illustré de nombreuses photographies et d’archives personnelles du réalisateur. A noter, Jordan Mintzer a aussi produit les films de Matthew Porterfield: Hamilton et Putty Hill.

Read more

Crimes et Procès Sensationnels à Los Angeles ( 1922-1962)

Nausica Zaballos, collaboratrice de notre webzine, publie Crimes et Procès Sensationnels à Los Angeles ( 1922-1962 ) Au-delà Du Dahlia Noir.
8 faits divers qui défrayèrent la chronique en leur temps, étalés sur une période donc, de 40 ans.

Read more

Reflets Dans un Oeil Mort

Sébastien Gayraud et Maxime Lachaud co-signent un livre énorme sur le Mondo, genre cinématographique si honni en son temps, qu’il en a quasiment disparu des anthologies et des dictionnaires du cinéma. Rendons-leur ce tour d’horizon richement documenté qui rappelle la mémoire de films oubliés qui eurent cependant, pour certains, un beau succès en leur temps.

Read more

Picture me, le journal vérité d’un top model.

Etrange ovni que ce Picture Me …Après 1h30 dans les « coulisses » de la mode, je me demande quelles peuvent être les intentions de Sara Ziff -ex égérie Clavin Klein et Marc Jacobs – et de son comparse et complice, l’apprenti réalisateur Ole Schell ? Présenté comme un documentaire choc sur la face peu reluisante du monde de la mode, Picture Me ne nous apprend rien de nouveau. Certes, avec force témoignages et images d’archive, Sara dénonce l’anorexie et les abus sexuels dont sont victimes de très jeunes mannequins, malléables et corvéables à merci. Mais, très vite, le défilé de pseudo-confessions intimes s’avère quelque peu rébarbatif. Pourtant, le film de Sara Ziff et Ole Schell mérite toute notre attention. Pourquoi? Lisez la suite…

Read more

Sociologie du cinéma et de ses publics

La sociologie et le cinéma s’épaulent l’une l’autre pour procurer au lecteur, tout en légèreté, beaucoup d’informations et quelques réponses sur le Septième Art et ses spectateurs.

Read more

Conversation au soleil : Robert Guédiguian

Autour d’une table, quelque part dans l’Estaque, quartier devenu célèbre à la fin des années 90 grâce au film Marius et Jeannette , Robert Guédiguian se livre à Agnès Olive sur des sujets aussi variés que le cinéma ou la politique.

Read more

L’Ado, la folle et le pervers

Marc-Jean Filaire met en avant certains clichés dans le cinéma sur l’homosexualité masculine. D’où le titre L’Ado, la folle et le pervers . Même s’il est important de pointer les absurdité de notre société dite civilisée, encore faut-il pouvoir toucher le public le plus large possible.

Read more

Defunte DEFA, spectres de Marx ?

La DEFA (la compagnie cinématographique d’Allemagne de l’Est) est le moins connu des cinémas nationaux d’Europe de l’Est. Elle n’a jamais été estimée par les cinéphiles : contrairement aux grands auteurs polonais, aux films du « printemps tchèque » ou à l’expérimentation formelle de Jancsó, les films d’Allemagne de l’Est ont eu la réputation d’être de simples instruments de propagande.

Read more
/**