Author Archive for: Pierre

Woody Allen : A documentary

Ce film, initialement produit pour la télé, bénéficie d’une sortie salles en France, preuve de la considération que nous avons pour la carrière de Woody Allen.

Evoquer la carrière d’Allen est une tâche ardue. Sa filmographie est très importante et sa production constante. Il a tourné un film par an depuis 1969. Son 42e sortira cet été. L’approche chronologique, qui est celle de ce documentaire, est délicate, et oblige quelques impasses. On peut croire que c’est aisé, qu’il faut éclairer les succès et passer sous silence les insuccès, mais pas du tout : on le sait, un échec dit autant qu’une réussite. Et puis la constance de Woody Allen, c’est aussi celle de sa carrière : nulle traversée du désert chez lui ; une fois qu’il a atteint son rythme de croisière, il l’a conservé. Mer calme, vent doux. On voit ça chez peu de réalisateurs.

Read more

Avengers

Cette rencontre hautement improbable entre Iron Man, Hulk, Captain America et Thor répond à cet antique fantasme geek de savoir parmi ses héros favoris lequel est le plus fort. On fait des Avengers comme on fait des Alien vs Predator, des Freddy vs Jason, en attendant un éventuel Robocop vs Terminator. Imaginer ces rencontres, c’est tenter d’interpénétrer des mondes fictifs absolument étrangers les uns aux autres, souvent incompatibles. Il faut faire un effort. Prendre Thor, c’est prendre un système planétaire avec. Tout cela se marie-t-il harmonieusement ? Pas trop, mais l’incongruité se dissout dans la familiarité ; cette équipe disparate existe depuis 50 ans ; on ne va pas remettre en cause sa légitimité. Disons cependant que Marvel avait consciencieusement préparé le terrain ; Nick Fury, patron de l’équipe, s’est fendu d’une apparition dans tous les films qui mettaient en scène ces super-héros dans leur aventure solitaire, et toujours sous les traits de Samuel L Jackson.

Read more

L’Ordre et La Morale

Nous sommes allés voir le film avec un a priori plutôt positif. Celui de voir Mathieu Kassovitz revenir à un sujet ancré dans le réel, plus proche, en un sens, de ses premiers films, après un épisode hollywoodien qui ne lui aura pas réussi. C’est une déception.

Read more

Cinemapolis à L’Etrange Festival

Pour sa 17e édition, l’Etrange Festival a proposé, entre autres joyeusetés, une nuit GrindHouse, composée de 4 films. Thématique gentiment fourre-tout qui convenait forcément bien au Festival – c’est surtout d’être hyper-référentiels qui vaut aux films leur sélection – qui, en cette période d’enthousiasme pour le genre, était bien obligé d’y apporter son grain de sel. C’est en outre toute l’éthique de L’Etrange qui se manifeste ici : hardcore, violent, déviant, anti-mainstream et fièrement idiot.

Read more

D’un Film à L’Autre

Pour fêter les 50 ans de carrière de Claude Lelouch, en fait les cinquante ans de la création de Film 13, structure de production créée pour les besoins de son 1er film, et depuis derrière tous les autres, Film 13 donc, propose une rétrospective filmographique de l’auteur d’Un Homme et Une Femme commentée par lui-même.

Read more

Essential Killing

Essential Killing est un survival . A sa façon, l’un des plus épurés à avoir été tourné à ce jour. Du héros, on ne sait rien, tout juste suppose-t-on qu’il est un terroriste islamiste, dont, de toute façon, on n’apprendra jamais rien des activités passées. En face de lui, aucun colonel hargneux qui fait de sa traque une affaire personnelle ; son seul ennemi : la Nature, la forêt primordiale, immuable, figée, semble-t-il, à l’ère arctique, comme si le temps n’avait jamais eu de prise sur elle.

Read more

Waking Sleeping Beauty

Documentaire sur la Walt Disney Company, Waking Sleeping Beauty , en référence au surnom que le studio avait acquis après la mort en 1966 de son créateur et suite au déclin artistique de ses productions, raconte l’histoire mouvementée du studio de 1984 à 1994.

Read more

Retour Sur Twilight

L’année 2009 aura été marquée par le succès de Twilight, romance vampirique à première vue fort peu originale, dont on est en bon droit de s’étonner de l’enthousiasme qu’elle a su engendrer. Qu’à cela ne tienne, nous avons essayé de chercher à comprendre les causes d’un tel engouement. Face à un succès que rétrospectivement on tiendra pour générationnel – c’est en fait déjà le cas – les critiques cinématographiques en sont à dépoussiérer les grands mythes pour savoir dans quelle continuité ils peuvent l’inscrire. Vêtement neuf, histoire éternelle, pense-t-on. Il nous a semblé intéressant, autant pour le challenge que pour les résonances, de tenter une comparaison avec La Belle au Bois Dormant – plutôt que Roméo et Juliette qui a reçu la faveur de la Critique, un peu flemmarde.

Read more

Evolution dans l’histoire de la transposition cinématographique

Paramount a sorti respectivement GI Joe et Transformers 2 au mois de novembre dernier en DVD. Deux films co-produit par Hasbro, la firme de jouet.

Read more

Inglorious Basterds

Tarantino en ressuscitant le cinéma bis ne rappelle pas seulement la mémoire d’un cinéma injustement oublié ou trop vite dénigré, un cinéma dont les affiches racoleuses et les titres outranciers ont détourné le chemin de trop d’honnêtes spectateurs d’un certain nombre de films, qui avaient, en dépit des apparences, d’authentiques qualités artistiques ; démarche qu’on prêterait plus volontiers à un Tim Burton ; non, ce à quoi Tarantino rend hommage, c’est justement le mercantilisme putassier du cinéma d’exploitation.

Read more
/**