Antarctica

3 scientifiques japonais, accompagnés de 15 chiens, partent conquérir un des sommets de l’Antarctique, le Bottnuten, et y faire des relevés. Nous sommes dans le contexte de l’Année de Géophysique Internationale en 1958.

L’expédition est éprouvante et, sur le chemin du retour, les hommes, frappés de cécité des neiges, dépourvus de radio, incapables de s’orienter, décident de relâcher 2 chiens afin qu’ils parviennent à la base et cherchent du secours. Les chiens filent dans le blanc polaire, retrouvent leur chemin, et reviennent bel et bien avec une équipe de sauvetage. Les hommes leur doivent la vie. Pourtant, alors qu’une 2nde équipe doit prendre le relais dans la base antarctique, face à la dégradation des conditions climatiques, ils renoncent à hiverner et abandonnent les chiens à la mort. La situation initiale est d’autant cruelle pour eux qu’ils sont laissés attachés.

Le film, tiré d’une histoire vraie, raconte l’histoire de ces 15 chiens, nés et élevés au Japon, abandonnés dans la région la plus hostile du monde.

antarctica02Le film qui remporta un grand succès à sa sortie en 1983 et créa un engouement momentané pour la race de chien qui y est présentée ( des huskies de Sakhaline ) fait partie de cette étrange catégorie cinématographique qu’est la saga naturaliste et animalière. C’est de cette veine que naîtra un film comme l’Ours (Jean-Jacques Annaud, 1988)

Bien vite, en effet, les hommes disparaissent ; quelques séquences entrecoupent le périple des chiens, montrant les scientifiques au Japon rongés par la culpabilité, mais tout cela est dérisoire. C’est un film de bêtes avant tout. De silence, ou plutôt d’absence de paroles ; d’un ressenti brut, animal ; comment mieux le dire ? Ce type de récit oppose habituellement l’intelligence rationnelle des hommes à l’intelligence instinctive des animaux; la capacité de projection au rapport perpétuel au présent.

Il y a comme une enfance chez ces chiens qui explique l’empathie qu’on éprouve à leur égard. Ils sont livrés à eux-mêmes dans un environnement glacial, empli de dangers, et doivent tout apprendre.

antarctica01

La musique composée par Vangelis, si elle est un peu kitsch, contribue à donner une atmosphère d’époque à ce film, à l’ancrer dans son temps.

Inutile de préciser que si le film est inspiré d’une histoire vraie, c’est que certains chiens survécurent contre toutes probabilités à ce long séjour polaire. Ils resteront un an quasiment sur le sol antarctique. Lorsque se font les retrouvailles les chiens semblent être d’impénétrables sphinx, souverains rescapés des Pôles. Ils ont un mystère avec eux.

Un 2nd film, Eight below (Frank Marshall, 2006) s’inspirera de la même histoire. Le film ressort aujourd’hui dans une nouvelle édition dvd/blu-ray. 

Titre : Antarctica (Nankyoku Monogatari)

Réalisation : Koreyoshi Kuruhara

Date de sortie originale : 1983

Date de sortie du DVD/Blu-Ray : 04/02/2015

Editeur : Carlotta Films

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**