Les séries télévisées : l’avenir du cinéma ?

Quatre ans après être sorti en librairie, l’ouvrage Les séries télévisées : l’avenir du cinéma ? est réédité chez Armand Colin. Le sociologue et professeur Jean-Pierre Esquanazi y analyse et commente, à travers de nombreux exemples, le phénomène culturel que sont les séries télévisées.

Un phénomène artistique exceptionnel
Phénomènes de société autant que médiatiques, les séries ont explosé sur nos écrans depuis une dizaine d’années. De secondaires, elles sont devenues le principal programme d’appel de la télévision. Suivies avec passion par toutes les classes et tous les âges, elles font désormais partie intégrante de nos sociétés.
Dans son livre Les séries télévisées : l’avenir du cinéma ? , le sociologue spécialiste de la culture audiovisuelle Jean-Pierre Esquenazi cherche à comprendre ce phénomène artistique exceptionnel. Cependant, le titre est trompeur : il s’agit plus dans ces 232 pages d’analyser et commenter les nouvelles formes narratives et esthétiques que sont les séries, mais le rapport et les multiples influences qui peuvent exister avec le cinéma ne sont que très marginalement évoqués.

Un ouvrage daté
Il faut dire qu’il s’agit d’une deuxième édition d’un livre paru en 2010 : le propos de l’ouvrage semble un peu passé d’actualité, tant les séries et le rapport qu’elles exercent avec le cinéma a évolué entre temps. L’auteur prend de nombreux exemples, mais qui sont trop souvent américains et surtout bien trop dépassés pour comprendre l’influence des séries sur le cinéma d’aujourd’hui. Par exemple, l’auteur estime que « l’espoir est de mise [pour l’avenir des productions françaises avec] Clara Sheller, Les enquêtes de Nicolas Le Floch » . Deux séries qui ont vécu, mais qui ne représentent plus l’avenir des séries françaises, n’étant même plus diffusées. France Télévisions a même stoppé le développement de cette seconde série, cherchant à renouer avec des fictions plus contemporaines (jouer en costumes coûte forcément plus cher). L’auteur présente son propos comme inédit, alors que depuis 2010, de nombreux ouvrages sur le sujet sont sortis, et un festival – Séries Mania – existe même depuis cinq ans.

Avant, les séries s’inspiraient du cinéma…
On a longtemps fait des séries le parent pauvre du cinéma, un cousin divertissant du grand écran, sans véritables ambitions narratives ou visuelles, en oubliant les magnifiques tentatives telles que Twin Peaks . Elles s’inspiraient du cinéma, faisaient tout pour lui ressembler. « Pour les comédiens (surtout américains), on commençait à la télé, et on y finissait. On y naissait et on y mourrait. La vie, c’était au cinéma » , expliquait Pierre Langlais, journaliste spécialiste des séries télévisées.

… C’est désormais l’inverse
Aujourd’hui, le monde du cinéma et celui de la télé sont plus que jamais mêlés. Scorsese, Fincher, De Niro, … les plus grands réalisateurs s’essaient aux séries. Le cinéma à son tour s’inspire des séries. Il y cherche de nouvelles idées, de nouvelles formes de narration, de nouveaux talents. Pour les gens de cinéma, c’est une sorte de fontaine de jouvence. En s’y plongeant, Hollywood – mais cela vaut aussi pour le cinéma indépendant — ne peut qu’en ressortir plus dynamique, plus frais. On regrette néanmoins que l’ouvrage de Jean-Pierre Esquenazi n’aille pas plus en profondeur et se contente juste d’enchaîner les exemples.

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**