El limpiador d’Adrian Saba

Lima, Pérou. Une épidémie mystérieuse décime les adultes, surtout les hommes. Eusebio est El limpiador; il est chargé de nettoyer derrière les dépouilles des victimes. Il traîne sa tenue anti-contamination blanche dans les quartiers de la capitale péruvienne et exécute, impassible, les ordres qu’il reçoit sur son portable. Un enfant grippe la mécanique bien huilée. Un récit minimaliste, froid et dérangeant.

Sur un scenario très tenu et prévisible, Adrian Saba enchaîne les longs plans séquences et s’amuse avec les nerfs du spectateur. Qui est El Limpiador ? Ce personnage -comme les autres, le vieillard de la maison de retraite, le médecin de l’hôpital- restera une ébauche de personnage, sa caractérisation se réduisant à sa fonction principale: nettoyer.

On décèle, dans certains films d’auteur, une propension assumée à vouloir malmener tout ce qui pourrait attirer la sympathie du spectateur : à savoir, une histoire rondement contée et des personnages auxquels s’attacher. Le film d’Adrian Saba est visuellement très réussi mais on s’y ennuie ferme. Les plans séquences semblent interminables et l’amitié entre le vieux limpiador et son jeune protégé ne parvient jamais à susciter un véritable intérêt.

Ajoutons à cela une musique plombante et un artifice narratif énorme – le faux suspense créé par la menace de contagion- qui n’existe que pour légitimer cette longue déambulation sans but. Au final, le film se révèle trop énigmatique pour séduire. Fable grinçante sur la transmission parentale ? Critique des pères qui refusent de voir leurs fils (et cachent leurs visage dans un carton) ? En tout cas, les dernières images dérangent plus qu’elles n’achèvent de convaincre le spectateur.

On préfèrera au Limpiador d’autres films d’auteur : le maîtrisé (et tout aussi minimaliste sans être ennuyeux) Zoologico du réalisateur chilien Rodrigo Marin ou le burlesque (et poétique) La vida util de l’uruguayen Federico Veiroj.

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**