Loulou l’incroyable secret

Le 18 décembre, quelques jours avant Noël -ça tombe bien- sortira sur nos écrans Loulou l’incroyable secret, le nouveau film de Grégoire Solotareff, réalisateur de U en 2006. Une belle histoire d’amitié entre un loup (Loulou) et un lapin (Tom) qui décident de se rendre au royaume de Wolfenberg pour assister ensemble au festival de Carne, rassemblement des carnassiers les plus redoutables au monde. Leur amitié survivra-t-elle à ce voyage périlleux ?

Loulou l’incroyable secret est construit sur le mode du conte initiatique. Loulou, jeune loup innocent et idéaliste, rencontre une corneille bohémienne qui lui apprend que sa mère est encore vivante. Dès lors, il n’a plus qu’une idée en tête: la retrouver quitte à se rendre au royaume de Wolfenberg, un pays très différent de sa contrée d’adoption où il vit paisiblement avec ses amis lapins.

Une quête dangereuse et soudaine à partir d’un questionnement sur les origines : Loulou reprend tous les ingrédients du Bildungsroman ou récit d’apprentissage. Le film de Grégoire Solotareff met en scène le passage à l’âge adulte d’un jeune homme naïf qui sera confronté pour la première fois à la cruauté, aux mensonges et au sexe. Le réalisateur a joué la carte du tandem en appareillant Loulou avec un lapin hâbleur et fanfaron, Tom. Le film fonctionne comme un buddy-movie , les deux amis, inséparables au début, voient leur personnalité s’affirmer et leur amitié se déliter.

A la cour de Wolfenberg, Loulou va goutter au pouvoir qui fait oublier parents et amis sous prétexte qu’on appartient à une certaine élite. L’enjeu du film est de montrer s’il fera suffisamment preuve de sagesse et d’honnêteté pour éviter de devenir un double fâlot de Lou Andrea, un Machiavel suffisant et sadique qui règne avec iniquité sur Wolfenberg. La pétillante Scarlett, renarde favorite des puissants du royaume, mettra son grain de sel dans les différentes intrigues qui menaceront de séparer à jamais Loulou et Tom.

Truffé de répliques qui font mouche à tous les coups – « Lapin dodu, lapin foutu » s’écrie ainsi Tom- le dernier film de Grégoire Solorateff convoque un bestiaire imaginatif et des seconds rôles truculents. On croisera ainsi une veuve joyeuse, la bien nommée Rosetta. Elle accueille de bon cœur, dans son Bed and Breakfast au petit déjeuner XXL, Loulou et surtout Tom qui en sa qualité d’herbivore ne pouvait loger à l’hôtel du centre ville. Quant au hérisson-tailleur Simon-Edgar Finkel, il offrira aux deux aventuriers la garde-robe adéquate pour le royaume de Wolfenberg… Petit clin d’œil à ses congénères des contes de fées russes qui officient généralement comme guide des héros/héroïnes.

On soulignera le soin apporté à la caractérisation de l’ensemble des personnages; le travail sur les voix est à ce titre remarquable. Le calme blasé de Paul Bandey sied à merveille à Winston, le bouledogue so British. Carlo Brandt , prête lui ses volutes ténébreuses à Lou Andrea qui n’aura de cesse de flatter Loulou pour mieux le contrôler.

Les péripéties s’enchaînent rapidement sans jamais porter atteinte à l’architecture du récit ou au vraisemblable des situations. L’incroyable secret de Loulou alterne moments d’action et de poésie avec subtilité et ménage une place importante à l’émotion sans jamais verser dans la mièvrerie. Toujours très drôle, Loulou pose néanmoins des questions importantes sur l’égalité et la fraternité : certaines personnes sont-elles « mieux nées » que d’autres ? Pourquoi bénéficieraient-elles de plus de droits dès leur naissance ? Enfin, le dernier film de Grégoire Solotareff est une belle réussite, tant sur le plan technique (magnifiques couleurs et décors animés) que narratif. Le film à voir en famille à l’occasion des fêtes de fin d’année.

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**