La Vie d’Adèle

Le voilà le film de l’année, palme d’or au festival de Cannes rendu par un jury enthousiaste, polémique liée aux conditions de tournage, dont le germe se situe dans la réforme voulu par le SNTCPT – et dans une moindre mesure, le coup de gueule de Vincent Maraval – puis aux déclarations des 2 comédiennes principales ; enfin, éternel débat sur la représentation du sexe à l’écran.

L’histoire est, pour un film de près de 3h, finalement très simple. C’est celle d’une fille de 17 ans qui découvre qu’elle est lesbienne. On s’égarerait à plus vouloir détailler le pitch. C’est ce qui fait que, dans le fond, tout tient sur la mise en scène, ou, pour ceux qui distinguent la mise en scène des dialogues, de l’écriture, de la direction artistique, sur le traitement de Kechiche.

adele01

Quel est le défi du cinéaste, son seul véritable challenge ? Que les comédiens incarnent avec le plus de justesse, de vérité, leur personnage. Rien de plus, rien de moins. Parvenir comme il le fait, avec autant de brio, à représenter la vie intérieure d’une adolescente, c’est à ça que tient tout le film, et, quelque part, tout le cinéma de Kechiche.

Foncièrement, Adèle n’est pas extraordinaire, magique, radicalement différente des autres adolescents ; le but n’est pas de montrer la vie de quelqu’un d’exceptionnel, mais de montrer qu’en chacun il y a une richesse profonde – pour qui sait la voir, ou la regarder. C’est là le métier du cinéaste. C’est un film sur Adèle, ç’aurait pu être sur n’importe qui d’autre. Peut-être, par exemple, son odieuse camarade de classe qui la poursuit d’invectives à moitié homophobes, à moitié jalouses. Le vrai humanisme est de se reconnaître en chacun, de ne pas croire qu’il y a des individus qui ont de la valeur et d’autres pas.

Comment Kechiche s’y est-il pris ? En cadrant sa comédienne principale, en plan serré, sur son visage, partout, quoiqu’elle fasse – ou qu’elle ne fasse pas – dans sa beauté, sa laideur, ses introspections, et sa douleur surtout : le visage décomposé, dégoulinant, des yeux, du nez. La caméra de Kechiche refuse l’intime ou, plutôt, prends corps avec l’intime ; d’où les scènes d’amour entre Adèle et Emma ; elle n’est pas voyeur en ce sens qu’elle n’est pas extérieure à la vie d’Adèle : ça n’est pas un regard étranger et curieux posé sur elle, prêt à s’éclipser s’il est surpris, mais au contraire le reflet permanent de ce qu’elle est et de ce qu’elle vit.

adele02

Les scènes d’amour sont effectivement très crues. Cependant elles ne sont pas véritablement obscènes dans la mesure où elles ne cherchent pas la sensualité ou la concupiscence. Lorsque Courbet peignait L’Origine du Monde , son but était de refuser l’obscénité, de la contester. L’obscénité est dans le regard, pas dans la chose en soi. En ce sens, le dernier clip récemment diffusé de Miley Cyrus – et, à vrai dire, de tant et tant d’autres chanteurs – paraît bien plus obscène alors que la chanteuse s’y dévoile pourtant beaucoup moins.

Mais là encore, c’est, dans le fond, un point de détail. Les meilleures séquences sont celles où Adèle qui ignore tout de sa sexualité, se rend peu à peu compte qu’elle est attirée par les femmes : ça n’est pas une prise de conscience nette, franche, ou une résolution ferme; elle se laisse progressivement dériver ; elle laisse ses sentiments, son instinct la conduire. Etrange guide que l’instinct. La rencontre avec Emma est stupéfiante d’authenticité: les dialogues sont très simples – et, pour tout dire, sans grand intérêt – mais le jeu des regards, du corps, des hésitations leur donne une émotion sans pareille.

Est-ce que La Vie d’Adèle méritait la palme d’or ? Certainement.

Titre : La Vie d’Adèle – Chapitres 1 et 2

Réalisation : Abdellatif Kechiche

Interprétation : Adèle Exarchopoulos, Léa Seydoux

Date de sortie : 09/10/2013

Distribution : Wild Bunch

Crédit Photos : Wild Bunch

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**