Les Apaches

Les Apaches est tiré d’un fait divers. Une histoire de meurtre ; le genre improvisé et pré-écrit à la fois. C’est le triste partenariat de la déveine et de la fatalité. 5 gosses vont cambrioler une grosse propriété. C’est à moitié un vol de bravache, presque pour le principe : ayant pénétrés la maison, sans effraction mais quand même illégalement, initialement juste pour teufer un peu, y dérober 3 affaires, au point où ils en sont, est bien le minimum. Le proprio découvre, diligente son enquête « à la Corse » c’est-à-dire sans faire appel à la police, et envoie quelques petites frappes retrouver les voleurs. Le butin est maigre, juste un peu de hi-fi histoire de dire, mais comprend néanmoins un fusil de valeur. De là, les gosses, armés, s’acheminent bien sûrement vers le drame.

lesapaches01

Les « apaches » fait référence à une expression de la fin du XIXe ; on désignait ainsi une catégorie de délinquants qui se particularisaient par un goût prononcé du vêtement et de l’apparence. Le film Casque d’Or de Jacques Becker (1952) s’inspire de ces voyous semi-dandys. Les apaches de ce film ont peu de points communs avec leur historique modèle parisien. Aucun esprit de caste, aucun goût du crime ; ce ne sont que des gosses ; presque pourrait-on dire qu’ils se laissent porter par le (mauvais) vent. Tuer n’est pas leur vocation mais après tout pourquoi pas.

Thierry de Peretti entend corriger l’image que les gens, les « gaulois » pour employer une expression du film, se font de la Corse. On l’aura bien compris, le film entretient au contraire l’image d’un île gangrenée par le petit-banditisme et l’omerta.

On vit une page d’actualité.

lesapaches02

L’histoire criminelle est triste, nous le disions, dans le sens où elle n’est que faiblesse et bêtise ; les circonstances du crime désignent les coupables aussi sûrement que la Concorde se voit des Champs-Elysées.

Il reste donc l’histoire de petits voyous, de gosses qui, un jour zonent, le lendemain, sans qu’ils n’aient rien vu venir, tuent. Thierry de Peretti aurait pu rendre ces personnages plus profonds, plus attirants, mais ils les laissent veaux tout au long de son film et empêche que le spectateur leur trouve une circonstance, quelle qu’elle soit. On est juste face à la violence criminelle, engendrée par l’indifférence – et les coups de soleil.

Il y a sans doute quelque chose de vrai dans ce film, d’authentique, on peut reconnaître la qualité des comédiens et la justesse des dialogues, on peut rendre à Thierry de Peretti d’avoir su restituer le climat et les conditions dans lesquelles ce meurtre s’est produit, mais à trop traquer le réel, à refuser la dramatisation, il finit par, peut-être, manquer un peu d’humanité.

Titre : Les Apaches

Réalisation : Thierry de Peretti

Interprétation : Aziz El Haddachi, François-Joseph Culioli, Hamza Meziani

Date de sortie : 14/08/2013

Distribution : Pyramide Films

Crédit Photos : Pyramide Films

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**