Magnifica Presenza

Comédie subtile et acidulée qui se déguste comme une délicieuse glace en été, Magnifica Presenza possède tous les atouts pour faire passer au spectateur un excellent moment. Un acteur principal à croquer, Pietro Germano, des situations loufoques très drôles et une dose de bons sentiments jamais dégoulinants…

Pietro, jeune gay, a quitté sa Sicile natale pour percer au cinéma à Rome. Chef-pâtissier dans une boulangerie, il confectionne gâteaux et viennoiseries à l’aube puis file aux auditions tenter sa chance l’après-midi. Ce qui séduit chez Pietro, c’est ce mélange d’innocence, de roublardise et de générosité, le personnage étant une version moderne de l’idéaliste incarné par James Stewart dans de nombreuses comédies américaines. Le drame de Pietro, c’est qu’il veut toujours bien faire: bon collègue -il s’efforce de faire la conversation à ses aides cuisiniers pakistanais mutiques-, bon parent -il accepte de dormir avec sa cousine pour la consoler-, bon voisin…

Le film s’ouvre sur un tournant dans la vie de Pietro: il a enfin trouvé la maison de ses rêves; il va pouvoir prendre son envol et quitter le minuscule appartement partagé avec sa cousine dépressive et envahissante. En plus, ce déménagement correspond à une reprise de contact avec son ex. Malheureusement pour Pietro, les choses ne tournent pas comme prévu, son amoureux (avec qui il n’avait partagé qu’une nuit, apprend-on) lui offre une fin de non-recevoir sous forme de menaces physiques et d’insultes et, comble du malheur, sa maison est hantée par une troupe de fantômes: les comédiens du théâtre Apollonio, morts dans des circonstances tragiques pendant la seconde guerre mondiale.

Rêveur éveillé qui prend souvent ses désirs pour des réalités, Pietro croit d’abord être fou mais il va progressivement accepter la présence de ces étranges hôtes et le rôle qui lui a été dévolu malgré lui: faire la lumière sur leur mort. Mi enquête historique, mi comédie macabre qui rappelle par moment La Famille Adams , Magnifica Presenza se suit avec plaisir: les situations drôles et émouvantes s’enchaînant avec grâce et rythme.

Au contact des comédiens de l’Apollonio, Pietro va gagner en confiance. Toujours prêt à faire plaisir, il va suivre leurs conseils d’un autre temps, en matière de jeu et d’accessoires vestimentaires, ce qui donne lieu à plusieurs séquences particulièrement comiques.

 

Magnifica Presenza est l’histoire d’une « renaissance émotionnelle » selon le réalisateur Ferzan Ozpetek mais celle-ci est d’autant plus intéressante que le personnage de Pietro reste fidèle à lui-même et à ses idéaux. Sa grande innocence et sa propension à la rêverie, présentées au début du film comme des faiblesses, se révèlent des forces. Sa sensibilité à fleur de peau fait de lui le sauveur d’une galerie de personnages à la dérive, pourtant toujours prêts à lui faire la leçon. C’est ce décalage constant entre l’appel à la réalité, à la norme sociale, et la fantaisie de Pietro qui donne tout son sel à cette histoire de fantômes prisonniers de leur passé.

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**