The Bling Ring

Pour son dernier film Sofia Coppola s’est inspirée d’un article publié dans   Vanity Fair  , «  Suspects Wore Louboutins  » écrit par Nancy Jo Sales.

En quelques clics, les voleurs ont l’adresse d’une star, son emploi du temps – communiqué sur les réseaux sociaux – Ne reste plus qu’à s’introduire chez elle. C’est là normalement le plus difficile et en fait pas du tout : ils récupèrent la clé de la villa de Paris Hilton sous son paillasson (!) et pénètrent dans les résidences la plupart du temps simplement parce qu’ils trouvent une porte ouverte. Ca peut sembler étonnant, sinon franchement stupéfiant, mais cette facilité explique seule la réalité factuelle de ces cambriolages commis par des « non-professionnels ».

blingring01

La particularité de ces vols tient surtout à ce qu’ils sont motivés par le désir de s’approprier les accessoires des stars. Vêtements, sacs, chaussures … Les cambrioleuses posent ensuite sur facebook, dans une candeur désarmante, avec leurs accessoires volés et se vantent de leurs exploits. Elles seront arrêtées sur dénonciation.

Bien sûr, tout le monde aura vu la dénonciation de la superficialité, la fascination malsaine pour le star-system – le fétichisme devance l’attrait du luxe, précisons  – mais Sofia Coppola se sert de ce sujet pour continuer à explorer les mythes de l’adolescence : futilité, frivolité, insouciance. Quelque chose là-dedans dépasse la trivialité, raison pour laquelle elle évite de trop creuser les biographies des personnages ; en fait, des 4 filles, 3 furent castées pour un show de télé-réalité, semble-t-il antérieurement à leur arrestation. Le show s’appelle Pretty Wild et raconte les efforts de 3 sœurs pour faire carrière à Hollywood ; dans le mannequinat ou comme comédienne, on dira que ça importe peu ; leur mère est une ancienne playmate .

blingring02

Le hasard faisant bien les choses, l’arrestation et le procès seront en définitive l’objet principal du show. Bien qu’elle ait certainement puisé dans l’émission, Sofia Coppola n’en fait aucune mention. Son histoire c’est celle d’adolescents qui se rêvent stars ; la télé-réalité, playboy, le remue-ménage médiatique ne l’intéressent pas. C’est finalement ce qu’une partie de la presse qui s’attendait à un film trash et branché, façon Bret Easton Ellis, lui a reproché. Trop doux, pas assez sulfureux. Pour notre part, on louera ce refus de reproduire à l’identique ce qu’un show télé montre déjà en faisant mine de prendre la distance de la représentation cinématographique, du « regard de l’auteur ». Cela étant, peut-être parce que Sofia Coppola esquisse ses personnages – on a un peu de mal à différencier les filles – , peut-être simplement parce que la vanité est au cœur de l’histoire, mais le film, s’il est assez réussi, a quelque chose d’un peu léger aussi.

A noter que les dialogues les plus ahurissants, ceux qu’on croirait les plus écrits – notamment celui d’Emma Watson / Alexis Neiers sur ses ambitions – proviennent de l’article de Vanity Fair et sont donc authentiques.

Titre : The Bling Ring

Réalisation : Sofia Coppola

Interprétation : Katie Chang, Israel Broussard, Emma Watson

Date de sortie : 12/06/2013

Distribution : Pathé

Crédit Photos : Pathé

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**