Prix OFAJ Dialogue en Perspective

Saluons la démarche de l’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse qui, chaque année depuis 2004, dans le cadre de la Berlinale, constitue un jury jeune et organise une remise de prix. Il s’agit du prix  <i> OFAJ Dialogue en Perspective </i>  qui couronne un des films de la section  <i> Perspektive Deutsches Kino </i>  ( constituée exclusivement de 1ers films allemands ).

Le jury était composé cette année de 3 français, 3 allemands et un portugais, âgés de 19 à 28 ans, tous issus d’horizons très différents.

Ils ont décerné leur prix au film Zwei Mutter de Anna Zohra Berrached qui raconte l’histoire de 2 femmes qui cherchent à avoir un enfant.

L’objet de cette initiative est de favoriser les échanges interculturels entre l’Allemagne et la France, à travers une remise de prix donc mais aussi à travers des débats.
_

Traditions et Contre-Courants

On retiendra un très intéressant dialogue entre Emily Atef, Pia Marais, Bruno Dumont et Volker Schlöndorff sur la thématique Traditions et Contre-Courants qui s’est transformée en un débat sur la notion d’auteur et la nécessité de produire des films d’art et essai.

On a pu voir un Bruno Dumont intransigeant, scinder le monde du cinéma entre les « purs » et les « vendus », les uns artistes au service de la culture, les autres dévoyés dans le mercantilisme. « Le poison c’est d’avoir mêler l’art et l’argent » dira-t-il.

En arrière-plan de ces considérations, repose la dangereuse opposition entre cinéma d’auteur rasoir et cinéma à grand spectacle divertissant. Les bons films ennuient, les mauvais détendent ? On sait combien le cinéma d’auteur souffre de cette réputation. Du film de commande dans lequel le réalisateur parvient à insuffler sa créativité au pensum narcissique de l’auteur indépendant, nul besoin de rappeler l’ambiguïté de la frontière auteur / non-auteur.

 

En conséquence de quoi il y a bel et bien une méfiance aujourd’hui d’une partie du public vers les films qui n’appliquent pas les codes narratifs et dynamiques du cinéma hollywoodien. Réinvestir la notion d’auteur, raviver les curiosités, tout l’enjeu était là.

Quoiqu’il en soit, ce débat, qui aura aussi fait quelques détours par les systèmes de financement du cinéma français et allemand, thématique là encore bien d’actualité, aura enrichi les délibérations du jury et aura certainement contribué à renforcer son exigence sur le choix du film primé.

_

Notons enfin qu’il s’agissait des 50 ans du Traité de l’Elysée ( à l’occasion duquel a été créé l’OFAJ )

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**