Populaire

Populaire est un de ces films qui arrive tout emballé dans un concept ; c’est soigneusement ficelé, brodé, cousu ; l’originalité du sujet – qui a entendu parler de concours de vitesse dactylographique ? – se combine à une très forte stylisation de l’image, une  ambiance années 50 de vieux films, aussi irréelle qu’esthétisée.

Brièvement, voilà le pitch : Louis Echard ( Romain Duris ) un assureur quelconque embauche une secrétaire ( Déborah François ). Se rendant compte qu’en dépit de ses maladresses, elle tape extraordinairement vite, il décide de l’inscrire à des concours de vitesse et de devenir son coach.

Forcément, les 2 vont tomber amoureux l’un de l’autre.

populaire02

On se promène dans un mélange de comédie musicale à l’américaine, genre Funny Face , mélée à du Jacques Demy. C’est plein de couleurs pastels, de cordes pincées, de clins d’oeil ; c’est « rafraîchissant » entendra-t-on ici et là.

C’est aussi d’une misogynie bon enfant, qui reflète son époque en lui donnant un lustre nouveau. Ainsi de Romain Duris qui ne cesse d’appeler « mon petit » Déborah François, qui se donne des airs virils façon fifties , c’est-à-dire plein d’un dédain et d’un mépris affecté envers le sexe opposé – mais le machisme de son attitude est relativisé par le fait qu’il est invariablement remis à sa place, faisant de lui un faux gros dur  –  Ainsi aussi, bien sûr, du sujet même du film : Déborah François, aussi blonde qu’on peut l’être, trouve l’épanouissement en devenant secrétaire. Il faut la voir pleine de résolution décidée à quitter sa petite vie de province pour aller se jeter dans la capitale. La comédienne s’inscrit dans une lignée d’héroïne féminine dont le charme est d’être naturelle, c’est-à-dire d’être maladroite, confuse, de tout renverser, de se laisser facilement surprendre, de rire et de parler trop vite.
Enfin, le concours, lui-même, qui montre toutes ces femmes prêtes à en découdre devant leur machine à écrire, montre combien une compétition typiquement féminine est ridicule et n’a rien à voir avec une masculine.

Il y a toujours dans les nostalgies idéalisées quelque chose d’un peu suspect.

populaire01

Ceci dit, on ne veut pas faire un procès en intention au film. Quelque part il rejoint cette lignée de métrages qui des Choristes à Bienvenue Chez les Ch’tis recolorent une époque, créent une bulle, cherche à réinventer un passé léger et aérien – au risque d’être un peu tendencieux donc.

On ne surprendra personne à ce point de dire qu’il y a de la naïveté, du kitsch et un peu de mièvrerie là-dedans, mais ce sont ces caractéristiques qui font la force du film et sur lesquels repose son succès probable. Car c’est aussi un feel-good-movie , plein d’allant et de dynamisme qui devrait trouver son public.

Titre : Populaire :

Réalisation : Régis Roinsard

Interprétation : Romain Duris, Déborah François

Date de sortie : 28/11/2012

Distribution : Mars Distribution

Crédit Photos : Mars Distribution

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**