Little Bird

 

 

 

Little Bird  raconte l’amitié d’un enfant avec un oiseau. Tout un genre. Il y a des histoires héroïques où l’animal est une force positive et anarchique, un gros bestiau indocile mais plein de générosité, adoré des enfants mais traité avec sévérité par les adultes et qui sauvera invariablement des vies (  Sauvez Willy, Beethoven ) et des histoires d’amitiés secrètes avec de petits animaux ; compagnons discrets et silencieux qu’on cache à la vue des autres, qu’on range dans une boîte, et avec qui on parle en murmures. Nous sommes dans cette seconde catégorie.


littlebird02

Ici, il s’agit d’un choucas, genre de petit corbeau. Jojo le trouve par hasard ; l’animal est tombé de son nid. Comme toujours, il crée un lien affectif qui vient combler une absence, en l’occurrence celle de sa mère, chanteuse country partie, croit-on, en tournée aux Etats-Unis. Le petit garçon vit donc seul avec son père, un gardien de nuit fatigué, buveur de bière, qui se distraie en tirant à la carabine et en roulant avec son 4×4, capable de gifler son fils comme d’être bon avec lui.

Lorsque Jojo lui raconte qu’un garçon de sa classe a recueilli un oiseau blessé et qu’il lui demande ce qu’il ferait s’il était lui-même le père de ce camarade d’école, il lui répond avec emportement qu’il devrait relâcher l’animal dans la nature. « Les animaux et les végétaux, dehors » clame-t-il. Jojo sait à quoi s’en tenir, il cachera son choucas.

Bien sûr, il s’agit d’un film sur la fin de l’enfance, le passage à l’adolescence, l’acceptation de la réalité.

littlebird01

Le film est distribué en France par Les Films du Préau , spécialisés dans les programmes pour enfants. L’histoire, disons-le, nous a paru un peu dure pour un public très jeune. Il y a de la douleur, du déni, une certaine âpreté.

Jojo vit seul, un peu livré à lui-même – en raison du métier de son père – on le voit traîner, errer, aller de sa modeste baraque à une petite roulotte. Il a du mal à se faire apprécier de ses camarades, s’en remet à la compagnie étrange de son oiseau. Le milieu social difficile qui est le sien est rendu avec justesse par le réalisateur mais renforce le manque d’accessibilité du film à un public très jeune.

Titre : Kauwboy

Réalisation : Boudewijn Koole

Interprétation : Rick Lens, Loek Peters

Date de sortie : 21/11/2012

Distribution : Les Films du Préau

Crédit Photos : Les Films du Préau

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**