Tempête Sous Un Crâne

Tempête sous un crâne   nous plonge dans le quotidien d’une classe de 4e d’un collège classé en ZEP. Typiquement c’est le genre de  documentaire qui fait se dresser les cheveux sur la tête, se demander si l’école ne part pas à vau-l’eau: quoi ?! Des élèves qui déambulent librement en cours, qui répondent, écoutent de la musique, se vautrent sur leur chaise ! C’est ça l’école de nos jours ? Euh, oui. Parfois on rit, parfois on se prend la tête dans les mains.

Mais qu’on ne s’y trompe pas Clara Bouffartigue, fille d’enseignante, cherche avant tout à défendre le corps éducatif ( c’est-à-dire enseignants / surveillants / conseillers / administrateurs )

Il s’agit de rappeler le mérite et les efforts, l’investissement en tous les cas. On ne la prendra pas en défaut sur ce point, les 2 enseignantes qu’elle suit principalement, l’une prof d’arts plastiques, l’autre de français, sont d’une patience et d’une vaillance, si le terme peut s’employer pour ce métier, incontestables. On compatit un peu, par exemple, lorsqu’on voit la prof de français faire des photocopies d’un commentaire du « J’accuse » de Zola alors qu’on l’a vue, un peu plus tôt, batailler pour intéresser les élèves aux questions morales soulevées par Hugo dans Les Misérables .

tempête01

L’encadrement et l’enseignement sont une chose, les élèves, une autre. C’est qu’en ces temps où le Ministère de l’Education Nationale propose des cours de morale à l’école, le moins qu’on puisse dire c’est qu’il y a une réelle inquiétude concernant nos ados. Justifiée ou pas, elle dit bien assez l’angoisse des français. Bouffartigue là aussi veut tempérer.

Alors la classe, c’est une entité terrible, bruyante, contre laquelle l’enseignant doit se battre. Elle n’aspire qu’à une chose : l’anarchie ; enfin, la dislocation de l’unité et de la discipline, toute entières incarnées par le professeur. Les élèves, dans leur ensemble, sont les instruments de cet ogre criard et râleur. Mais, pris un à un, à part, ils valent bien mieux ; qu’on les interroge et on voit qu’ils sont capables de condamner leur propre dérapage, que leur plus mauvais gestes sont toujours sous influence . Le distinguo entre comportement de groupe et individus est capital dans le système scolaire ; et, à voir les cours de français, on se dit que le but est justement d’apprendre aux élèves à se distancer des réflexes de groupe et à développer leur sens critique. Sombre ironie, alors que tous aspirent à se démarquer, qu’ils ne réalisent pas que ce qu’on cherche à leur inculquer ce sont les moyens de penser par eux-mêmes.

tempête02

Si ce sont bien les questions d’éducation, de pédagogie, qui sont au cœur de ce film, questions sur lesquelles on ne cesse de s’interroger aujourd’hui – fait-on bien, fait-on mal ? Faut-il remettre en cause le système tel qu’il est aujourd’hui ? – ou pour dire les choses simplement, c’est parce que ça va mal qu’un tel film est tourné, c’est, pour autant, un regard bienveillant et positif qui est porté sur l’établissement et ses représentants. C’est difficile mais la barque ne coule pas, semble nous dire Clara Bouffartigue. Avec ça, nulle ouverture sur des considérations politiques : à aucun moment, il n’est question de manque de moyens ou de personnels, ou encore de désarroi sur les méthodes et les programmes dictés par l’Education Nationale. Apolitisme qui joue en faveur de l’authenticité des images. Mais qui, à la fois, confortera tout le monde dans ses opinions, qu’elles soient réformatrices ou conservatrices.

Clara Bouffartigue a suivi pendant un an cette classe de collégiens, parvenant, après une phase de familiarisation où elle s’est installée en cours sans filmer, à invisibiliser autant que possible sa présence et sa caméra.

Un très intéressant documentaire sur l’état actuel de nos établissements scolaires.

Titre : Tempête Sous Un Crâne

Réalisation : Clara Bouffartigue

Date de sortie : 24/10/2012

Distribution : Zed

Crédit Photos : Zed

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**