Jean-Claude Dreyfus

Dans cette bio, il dit son histoire mais se dévoile peu, il pioche ça et là dans sa mémoire, évite l’auto-analyse. Il est donc principalement question de sa carrière, celle que tout le monde connaît, au cinéma, et celle qu’on connaît moins, aux cabarets et au théâtre. C’est pourtant cette dernière la plus importante. Il a été transformiste, prestidigitateur, chanteur et acteur.

Il raconte tout ça avec une certaine modestie, souvent plus fier de l’expérience proprement dite que de ce sur quoi elle a abouti. C’est comme ça qu’il évoque les pubs pour les produits Marie, dans lesquels il surgissait en smoking, affecté et théâtral, pour vendre quelques infimes portions à réchauffer, alors même qu’il répète, à plusieurs reprises, son dédain pour la publicité. Il confessait d’ailleurs il y a quelques années à Première que les gens se souviendraient principalement de lui pour ce rôle – et bien sûr le boucher dans Delicatessen .

Ca se lit vite. C’est un écrit dans un style assez fluide, avec un goût des calembours devossien , parfois bien sentis, parfois moins. Les admirateurs du comédien retrouveront néanmoins dans son écriture quelque chose de sa personnalité ; son coté à la fois maniéré et truculent.

On regrette juste que dans ce survol général, ce recueil d’anecdotes, il ne s’arrête pas plus sur certains moments clés, comme sa collaboration avec Caro et Jeunet. Non qu’il ne parle pas des films – encore qu’assez brièvement – mais il ne dit rien des 2 réalisateurs – pour les raisons évoquées plus haut, il s’arrêtera plus sur certains films très mauvais auxquels il a participé.

La préface est signée de Patrice Leconte.

Ma bio-dégradable, par Jean-Claude Dreyfus

édité au Cherche-Midi

Actuellement en librairie

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**