Someday

Someday , réalisé par le prolifique Junji Sakamoto, on lui doit déjà une bonne vingtaine de films, raconte comment un homme qui vit isolé dans un petit village voit revenir son ancien meilleur ami qui s’était enfui 20 ans plus tôt avec sa femme. Cette dernière a perdu l’esprit et la mémoire et appelle son amant du nom de son ancien mari.

Le contexte des retrouvailles est un peu trop cartoonesque pour un film qui, autrement, joue la carte du naturalisme – avec, d’ailleurs, assez de réussite. On rendra quand même à cette scène d’avoir fait rire les festivaliers de Kinotayo qui, de l’absurdité d’un homme venu « rendre » sa maîtresse à son mari trompé, par ahurissement ou par bonne humeur, y ont trouvé leur compte.

L’essentiel, cela étant, est ailleurs. Amnésique, folle, Takako, se souvient par cœur du rôle qu’elle jouait à l’époque dans une pièce de Kabuki qui se donne bi-annuellement dans le petit village et qui constitue le point d’orgue de sa vie culturelle. L’amant et le mari voient là un moyen de peut-être la guérir ; de lui faire, si on veut, une sorte d’art-thérapie. Sa lucidité, terrible quand elle joue, comme si elle était possédée tout à la fois du rôle et du souvenir de son passé, la déserte cependant une fois qu’elle quitte les planches.

Ce qui importe pour Sakamoto est de montrer comment le Kabuki, théâtre traditionnel et populaire, tisse un lien mémoriel profond entre les gens – les situations et les personnages sont connus de tout le monde – et permet d’unir, pour quelques moments, amis et ennemis – Zen et Osamu, le mari et l’amant – patrons et employés – une série de séquences joue avec l’inversion hiérarchique entre des personnages qui se disputent en réunion de comité d’entreprise puis pendant les répétitions de la pièce.

On ne s’est pas trop étonné que Kinotayo ait accordé son premier prix à ce film, qui défend la sauvegarde de la culture traditionnelle japonaise et rend hommage en même temps à Yoshio Harada.

Titre original :Ooshikamura soudouki

Images : Someday Film Partners

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**