Portrait d’une enfant déchue, en salles le 28 septembre

Quelle bonne idée de rééditer Portrait d’une enfant déchue! Ce film n’est pas seulement une œuvre magistrale, il témoigne aussi d’une époque malheureusement révolue, qu’on a appelée le « Nouvel Hollywood. » A la fin des années 1960, une poignée de réalisateurs dont un groupe d’italo-américains (Scorcese, Cimino, Coppola) décident de se lancer dans la production d’œuvres intimistes qui témoignent de l’ère du temps, des enjeux que l’Amérique doit relever. Naissent des chefs-d’œuvre intemporels: Easy-Rider , Taxi-Rider, Macadam Cowboy , Chinatown…Et d’autres films, moins connus, mais tout aussi remarquables: Klute d’Alan J. Pakulah ou Panique à Needle Park de Jerry Schatzberg dont Carlotta réédite sa réalisation la plus autobiographique, Portrait d’une enfant déchue.

Avec Faye Dunaway dans le rôle de Lou Andreas Sand, le double d’ Anne Saint Marie , Schatzberg était sûr de réaliser une œuvre d’une beauté plastique indéniable. Son actrice, il sait la diriger, tirer ce qu’elle a de plus émouvant et fragile, il a été son compagnon pendant plusieurs années. En top modèle au bord du suicide, Faye Dunaway semble habitée. Elle trouve peut-être là son plus beau rôle. Construit comme un puzzle qui reflète la mémoire fragmentée d’une femme hantée par son passé, Portrait d’une enfant déchue évoque à certains instants Pas de printemps pour Marnie d’Alfred Hitchcock. Jerry Schatzberg fut le photographe attitré d’Anne Saint Marie. A partir des confidences de son modèle préféré, le réalisateur compose un portrait de femme sous forme d’intrigue policière où la psychanalyse s’invite pour aider l’homme amoureux à déchiffrer les zones d’ombres d’une héroïne mystérieuse qui, se livrant à tous les regards, se dérobe sans cesse à l’amour.

Tel le soupirant de Marnie, l’alter-ego de Jerry Schatzberg, Aaron Reinhardt dans le film (interprété par Barry Primus , excellent) ne se satisfait pas de l’image renvoyée par la femme qu’il convoitait jadis. Mais, alors que le film Hitchcock suggérait une résolution de l’énigme à travers une compréhension du traumatisme initial, le film de Jerry Schatzberg mène à une impasse narrative et médicale. En faisant naviguer le spectateur de flashbacks en flashbacks, le réalisateur suggère des voies d’interprétation possibles au désespoir qui habite le top-modèle auto-destructeur (viol, relation interdite avec un prêtre, œdipe mal réglé…) Mais, en optant pour une mise en abime avec un récit gigogne (Aaron réalise un documentaire sur Lou et tente de reconstituer avec elle son tumultueux passé), le film prend délibérément une tonalité élégiaque: rien ne pourra ramener Lou parmi les vivants et les tentatives d’Aaron pour comprendre celle qu’il aima autrefois n’engendrent que désillusions et regrets. L’objectif de la caméra ou de l’appareil photographique ne révèlent rien et Lou reste prisonnière du miroir qu’elle s’est elle-même construit.

Portrait d’une enfant déchue est remarquable à plus d’un titre: le sens de la composition de Jerry Schatzberg qui ordonne personnages, objets et accessoires de mode pour faire de chaque plan une histoire à part entière est incroyable. Film de photographe, Portrait d’une enfant déchue l’est assurément. Faye Dunaway, qu’elle soit les yeux cernés embués de larmes ou au faîte de sa gloire de mannequin, est magnifiée par une caméra qui se veut complice et protectrice. L’affection du réalisateur pour des personnages brisés -manifeste dans Panic à Needle Park qui retrace l’itinéraire d’héroïnomanes- transparaît déjà dans Portrait. Enfin, la savoureuse galerie de personnages secondaires et le ton des dialogues confèrent au film une ambiance très seventies qui n’est pas sans rappeler celle de Taking Off (Milos Forman) ou de Lenny (Bob Fosse), également réédités par Carlotta.

Portrait d’une enfant déchue est un film à (re-)découvrir.

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**