Cars 2

John Lasseter s’associe à Brad Lewis , producteur de Ratatouille , pour réaliser Cars 2 qui entraîne cette fois-ci le spectateur bien loin de Radiator Springs , petite ville en bordure de la mythique route 66 et décor de Cars 1.

Conçu comme une parodie des films d’espionnage, Cars 2 lorgne davantage vers James Bond que Toys Story. Le rythme est très enlevé, pas sûr que les très jeunes enfants ne suivent tout au long. Mais, la suite de rebondissements et l’action trépidante ménageant le suspense jusqu’aux toutes dernières minutes tiennent en haleine le spectateur plus âgé. Ceux qui avaient apprécié Cars 1 pour la poésie des personnages et des situations seront peut-être déçus par cette nouvelle production Pixar .

Les réalisateurs ont fait le pari de se renouveler en déplaçant l’action dans différents endroits de la planète. On suit ainsi Flash Mac Queen et Martin en France, en Italie, au Japon et en Grande-Bretagne…Les reconstitutions des différentes villes où se déroulent les grands prix sont époustouflantes: bien que fantaisistes, elles sont suffisamment « typées » pour permettre d’identifier Paris, Londres ou Monaco…On pourra peut-être reprocher aux réalisateurs de jouer la carte de la facilité pour livrer au spectateur une intrigue qui surfe sur les tendances (utiliser ou non un carburant « bio » non polluant) et accumule les stéréotypes (le rival italien de Mac Queen est arrogant et séducteur).

Mais, Lasseter a-t-il réellement décidé de renoncer aux éléments qui faisaient le charme de Cars 1? En choisissant de mettre le personnage de Martin au premier plan -c’est finalement lui le héros triomphant de Cars 2-, le réalisateur reste fidèle au message attachant qui faisait le charme de Cars 1: en temps de crise, les guimbardes sont plus solides et utiles que les bolides rutilants.

Copyright Nausica Zaballos, août 2011.

C’est après avoir visité Seligman, petit bourg situé sur la route 66, en Arizona, que Lasseter, conseillé par le barbier Angel Delgadillo, a décidé de mettre en scène une histoire de vieilles voitures méprisées. Avec son frère Juan, Angel Delgadillo s’était battu pour que la route 66, victime du succès des autoroutes, ne sombre pas dans l’oubli à la fin des années 1970 et acquiert un statut de route historique. Aujourd’hui, on peut voir à Seligman des voitures personnalisées comme dans Cars!

Copyright Nausica Zaballos, août 2011.

Si Cars 2 s’éloigne de l’intrigue initiale, les réalisateurs ont gagné le pari du renouvellement en choisissant l’espionnage comme toile de fond. Pas sûr que les fans de la première heure apprécient mais les spectateurs qui aiment les dessins-animés bien ficelés à la technique irréprochable passeront un bon moment.

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**