L’âge de raison

Une petite fille écrit à l’âge de 7 ans des lettres destinées à être lues par elle dans un futur éloigné, précisément le jour de son quarantième anniversaire. Applaudissez le bel esprit d’initiative. Remarquable sens de la priorité chez une enfant de 7 ans. Un bon point ! La première de ces lettres lui souhaite un très bel « aniversaire ». Comme le rappelle si lourdement la dame, anniversaire ça prend deux « n » jeune fille ! Je vais juste vous reprendre le bon point…voilà merci.
Jeune fille enfin cessez de pleurer ! D’accord vous avez eu une enfance compliquée, un père absent, une mère aimante mais un peu farfelue et vous avez été séparé de votre ami/amour d’enfance brutalement. Oui oui je comprends. Enfin vous auriez pu compenser par autre chose je ne sais pas…jouer de la clarinette par exemple ! Ah vous l’avez fait ! Et votre mère l’a vendue…Pauvre gosse. Où était les services sociaux c’est un cas cette femme… Mais vous vous en êtes sortis après tout!

Bon votre futur maintenant. Cette femme que vous êtes devenue, pourquoi est elle tellement…pourquoi vous êtes si…insupportable oui merci je ne trouvais plus le mot ! Insupportable. Et caricaturale avec ça ! Et que je me donne du Margareth, et que je jette mes cafés n’importe comment, et que je suis overbookée, et que ceci est ringard et que j’ai toujours le dernier mot. Oula c’est lourd tout ça, c’est très très lourd à digérer pour nous ! Et puis cette histoire entre nous…c’est un peu fleur bleue vous ne trouvez pas ? Vous avez lu L’Arrache-cœur de Boris Vian ? Là ça serait plutôt L’Arrache-larme , écrit par Bon Sentiment. Même si je le confesse là où j’aurais du pleurer j’ai ri…

Mais enfin expliquez moi, je suis un peu brutal mais…il est où l’intérêt dans tout ça ? D’accord c’est Sophie (Belphégor sic) ! D’accord c’est une petite histoire toute mimi ! Mais bon sang que c’est neuneu… Que c’est tiré par les cheveux… « Je veux avoir un bébé », « j’ai très envie de vous embrasser », blablabla ! « Vous ne connaissez rien de moi ! », « Tu n’es revenu que pour me parler de toi ? », blablabla! Une femme qui pleure en 4L est surement plus émouvante qu’une femme en robe Gucci dans sa BMW rutilante. Non et puis des larmes discrètes c’est beau. Des chutes du Niagara tous les quarts d’heure c’est lassant. Ah ben oui pardon ! J’aimerais plaindre cette femme qui se refuse à son ami « creuseur de trous » et s’en retourne vers le ténébreux homme d’affaire. Mais non je ne peux pas. C’est affreusement plat. D’une platitude folle, un peu comme le jeu de l’Équipe de France.
Non vraiment là vous vous êtes plantés. Ne pleurez pas ! Peut être que Yann Samuell va tenter la trilogie « ou comment ne jamais se remettre de son enfance en trois leçons ».

Et alors là vous rejoignez les Matrix et autre Jason Bourne ou Seigneurs des Anneaux au panthéon des grandes sagas ! Non je plaisante. Vraiment vous pouvez arrêter là. Ou alors ajoutez une clause au contrat de distribution du film : « Remboursement si déception ». Le public appréciera le geste, à défaut d’avoir apprécié le film.

La dernière scène est un bijou de niaiserie. Merci pour le fou rire.

PS : Merci de faire parvenir cette critique à mon adresse le 4 juin 2030. En espérant que cela m’aidera à passer la crise de la quarantaine.

Réalisation et scénario : Yann Samuell Photographie : Antoine Roch Musique : Cyrille Aufort Interprétation : Sophie Marceau, Jonathan Zaccaï, Marton Csokas Pays France Genre : Comédie, Romance Durée : 01h37min Année de production : 2009 Date de sortie cinéma : 28 juillet 2010 Distribution : Mars Distribution Images © Mars Distribution

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**