Petits meurtres à l’anglaise (Wild Target)

La très anglaise comédie qui se fait appeler Petits meurtres à l’anglaise à des airs sérieux aux premiers abords, qui se laissent très vite dissipés. Une galeriste farfelue aux mœurs débridés tente d’escroquer un richissime collectionneur, un rien mafieux sur les bords. L’arnaque démasquée, le trompé engage le meilleur tueur à gage du pays, Victor Maynard, pour éliminer la jeune femme. Incarné par un Bill Nighy, Maynard est savoureusement vieux jeux, anglais traditionaliste peu enclin aux changements et qui a vécu très (trop) longtemps avec sa mère infirme. Or voilà que le tueur s’éprend de sa cible, qu’un autre tueur entre en jeu et qu’un apprenti potentiel complète le trio. Ajoutez à cela une mère qui s’érige en garante du respect de la tradition familiale et qui tente d’abattre la jeune conservatrice pour préserver la réputation de son fils. Une galerie de personnages hauts en couleurs complétée par des petits rôles assez drôles (le complice du tueur rival de Nighy qui réclame l’adresse de Rembrandt ; la mère qui joue du fusil à double canon sciés contre son hypothétique future belle-fille).

Un film qui ne souffre d’aucun ralentissement et qui se laisse porter par un trio Nighy-Grint- Truc détonant. Une succession de scènes réjouissantes, qui oscillent entre humour et amourette légère. On se laisse aisément prendre au jeu et on suit avec plaisir les tribulations de ces trois fuyards que rien ne semblait destiner à se rencontrer. Le tueur à gage qui se pose des question sur sa sexualité, étouffé par une tradition familiale du meurtre et une mère autoritaire ; la jeune femme du monde voleuse compulsive, émotive et séductrice à outrance ; et le jeune homme gauche, peu habitué à une vie mouvementée et qui montre une habileté surprenante au tir avec une arme à feu.

Bill Nighy déjà remarqué dans Good Morning England impose son style de dandy mesuré, maniéré et outrageusement raisonnable. Pour un premier rôle hors Harry Potter , l’éternel compagnon roux du sorcier à lunettes, Ruper Grint est plutôt convaincant dans son rôle de niais béat, enrôlé malgré lui dans une cavale trépidante.

Une belle et agréable réussite à savourer avec un peu de crème anglaise pour fluidifier le tout.

Titre original : Wild Target
Réalisation : Jonathan Lynn Sénario : Lucinda Coxon Musique : Michael Price Photographie : David Johnson Interprétation : Bill Nighy, Rupert Grint, Emily Blunt Date de sortie cinéma : 7 juillet 2010 Pays : France, Royaume Uni. Genre : Action , Comédie , Drame Durée : 01h38min Année de production : 2009 Distribution : Rezo Films Images © Rezo Films

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**