Tournée

Tournée commence comme une histoire de manager passé de mode. Le manager, Joachim Zand, est un indésirable exilé aux États Unis et qui tente de se (re)faire une place sur le devant de la scène de l’Hexagone avec des spectacles de cabaret. Une tournée. Un show. Débarquées tout droit des États Unis, interprétant leur propre rôle, des bêtes de scènes, des artistes confidentielles qui l’espace d’une tournée se trouve réunies pour faire vivre le cabaret. La sensualité, la poésie côtoient sans jurer la provocation, l’obscénité, le goût du scandale. Sensuelle obscénité, scandaleuse poésie dirons nous alors.

Ces corps ronds de femmes, parfois presque obèses, sont d’une délicatesse rare, d’une étonnante grâce sous la lumière des spots et sous l’œil vigilant et alerte de la caméra d’Amalric.

Ces femmes parfois complexées par leur corps, pudiques descendues des planches, capricieuses, vulgaires, séductrices jusqu’à l’absurde, adolescentes quand elles se racontent leur expériences sexuelles. Ces femmes ne sont pas stupides. Elles se rebiffent, elles s’amusent, elles s’amourachent. L’idylle (ou l’amourette) entre une tatouée danseuse de cabaret à la beauté farouche, un peu amère et son manager (trop ?) charmeur est subtilement mené et n’alourdit pas l’histoire. Une petite bulle de tendresse au milieu de la déferlante d’énergie.

Le manager lui se cherche. Il sait que la tournée va s’achever difficilement et tente de renouer avec le milieu pour obtenir des salles. Mais, bête noire indésirable, les refus successifs lui renvoi une propre image de lui même qu’il est lui difficile d’admettre, celle d’un homme qui a parié toute sa carrière sur le résultat en y sacrifiant le relationnel. La tournée devient un prétexte à ses errements, les lieux de spectacle des points de repères pour retrouver les gens auxquels il tient. Ses enfants. Las de l’absence d’un père qu’il ne leur consacre du temps que quand il est disposé à le faire, préférant ses acteurs et actrices qui ne rappellent pas à son souvenir un mariage raté et à une paternité chancelante qui le fait ignorer jusqu’à la date de naissance de son fils, ils sont réduits au rôle de spectateurs de la déchéance paternel et tentent d’attirer une attention toute relative ; la fugue en est le parfait exemple.

Cette famille qu’il n’a jamais vraiment eu, il la trouve auprès de ses artistes qu’il couve comme une mère avec ses petits, il se fait du souci, il est fasciné par leurs prestations, il est fier. Et dans cet hôtel vide qui semble loin de tout, loin des bruyants cabarets et des fracassants applaudissements, le chat dort et les souris dansent, brisant le faux rythme d’une tournée éreintante. Confronté à cette intense relation entre un père avide de reconnaissance et ses protégées farouchement indépendante, le spectateur est accueilli à bras ouvert et invité à prendre place à table avant que le spectacle ne débute.

Tournée commence comme une histoire de manager passé de mode. Et finit comme une belle histoire de famille.

Réalisation : Mathieu Amalric Scénario : Mathieu Amalric, Philippe Di Folco, Marcelo Novais Teles, Raphaëlle Valbrune Photographie : Christophe Beaucarne Interprétation : Mathieu Amalric (dans le rôle de : Joachim Zand) ; Miranda Colclasure (Mimi Le Meaux) ; Suzanne Ramsey (Kitten on the keys) ; Linda Maracini (Dirty Martini) ; Julie Ann Muz (Julie Atlas Muz) ; Angela de Lorenzo (Evie Lovelle) ; Alexander Craven (Roky Roulette) ; Damien Odoul (François) ; Ulysse Klotz (Ulysse) et Simon Roth (Baptiste)
Date de sortie cinéma : 30 juin 2010 Pays : France Genre : Comédie , Drame Durée : 01h51min Année de production : 2010 Distributeur : Le Pacte Images © : Le Pacte

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**