12h08 à l’Est de Bucarest

Qui sait ? Vous, moi ? Peu importe, mais il semble que le cinéma n’est pas uniquement fait de travellings, d’effet spéciaux, d’armes et d’amour, de sexualité et de courses de voitures. Qu’il est largement possible de poser une caméra quelque part, de filmer le monde, de faire un montage (ou non, d’ailleurs) et enfin de diffuser sur des écrans. C’est un peu comme si l’on disait que les instruments acoustiques ne génèrent pas de musique, absurde ?

Pas tant que ça pour le cinéma. Quel film n’a pas son travelling ? Ses effets spéciaux ? Son Christopher Doyle ? Le cinéma est un tout, fait de documentaires, de films amateurs, de blockbusters, de films roumains sans le sou, de films français très coûteux. Cette richesse du cinéma donne envie de braver la pluie et le froid pour s’asseoir dans une salle obscure au milieu d’inconnus.

Corneliu Porumboiu a peu de moyens, il produit lui-même son film, écrit en un mois, pour avoir toute la latitude de raconter l’histoire de trois hommes qui, lors d’une émission d’une télévision locale, sur le thème « Y a-t-il eu une révolution dans notre ville ? », refont l’histoire, leur histoire, celle du 22 décembre 1989, lorsque Ceausescu a fui devant le peuple. Mais qui détient la vérité ? Se raccrochant à des détails, chacun raconte non plus la révolution, mais sa révolution, son histoire, chacun veut être un témoin privilégié.

N’est-ce pas du cinéma de raconter une histoire ? Peu importe que la caméra soit fixe, que Corneliu Porumboiu explique par un besoin de distanciation, mais aussi un moyen de laisser un maximum de liberté à l’acteur, qu’il ne soit pas prisonnier d’effets de style. L’essentiel est bien sûr ailleurs, dans la qualité des acteurs, dans les plans d’une désarmante simplicité, dans le grain du film, dans cette poésie triste qui anime chaque personnage.

La vie est simple et souvent lente, Antonioni voulait filmer cette lenteur, Corneliu Porumboiu y réussit quarante ans après. Nul n’est besoin de vitesse pour emmener le spectateur loin de son quotidien. Ce film n’est pas une leçon de cinéma, mais un petit bonheur que l’on a envie de partager.

Titre original : A Fost sau n-a fost ?
Réalisation : Corneliu Porumboiu
Scénario : Corneliu Porumboiu
Interprétation : Mircea Andreeseu, Teo Corban, Ion Sapdaru
Pays : Roumanie
Genre : Comédie dramatique
Durée : 1h 29min
Date de sortie en France : 10 Janvier 2007
Année de production : 2006
Distribution par Bac Films
Photos © Bac Films

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**