Sempre Vivu !

Robin Renucci signe ici son premier long métrage (il a déjà tourné un téléfilm en 1998 et un clip vidéo), après avoir été acteur durant de nombreuses années (obtenant grâce à Escalier C , de Jean-Charles Tacchella, une nomination au César du Meilleur acteur en 1986, il a aussi joué avec Claude Chabrol, Alain Corneau ou René Féret). Il s’était ensuite éloigné du cinéma au milieu des années 90 pour se consacrer au théâtre. Le cadre du film lui est donc familier. Il a fondé l’ARIA (Association des rencontres internationales artistiques) et organise depuis 1998 les Rencontres internationales de théâtre en Corse, univers qu’il connait bien.

Malheureusement le film n’a pas d’âme, aucun signe particulier, même infime, qui nous permette de reconnaitre la patte d’un auteur, ni, a contrario, les moyens d’un film à gros budget lui permettant d’avoir une campagne publicitaire faisant fi du talent ou non du réalisateur. Sempre Vivu ! se trouve entre deux eaux, et le genre « téléfilm », si celui-ci existait, lui irait comme un gant.

La thématique théâtrale est fortement présente puisque le village attend l’inauguration de son théâtre, une jeune troupe répète durant tout le film, le centre du village est la scène, la maison du maire les coulisses, les rues sont les allées permettant la circulation des spectateurs.

La mort, passée sous silence car elle ne doit pas être répandue tout de suite, du grand-père et patriarche n’est pas sans évoquer celles tout aussi dissimulées, pour des motifs précis, des deux grands-pères de Chat noir, chat blanc de Kusturica. Mais les Corses de Renucci sont loin d’avoir le charisme des gitans de ce dernier.

Cela ne vient cependant pas des acteurs, car ils font leur possible pour donner vie à des personnages caricaturaux ; les frères ennemis (l’un au service de l’État français, l’autre nationaliste), la blonde parisienne un peu nunuche, la brune à la réputation sulfureuse, la petite fille moderne et indépendante fascinée par son grand père qui fut un homme politique locale puissant et magouilleur, etc.

C’est là que l’on attend le « petit plus » du metteur en scène, guidant ses acteurs, influant un grain de folie, un coup de génie par un plan unique, un dialogue improvisé… Mais les petites fantaisies semblent être comme sous contrôle. Le film apparaît consensuel, sans énergie ni originalité, laissant le spectateur sur une impression de déjà-vu.

Réalisation : Robin Renucci
Scénario : Robin Renucci, Jean-Bernard Pouy, Pierre Chosson, Ricardo Montserrat, Stéphane Gallet, Jean-Louis Milesi
Musique : Pierre Gambini
Interprétation : René Jauneau, Angèle Massei, Wladimir Yordanoff
Pays : France
Genre : Comédie
Durée : 1h 30min
Date de sortie en France : 13 Juin 2007
Année de production : 2006
Distribution : Shellac
Images © Shellac

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**