Archive for month: juin, 2014

Cutter’s Way

C’est l’histoire de 2 amis, Cutter et Bone ( très buddy movie les noms ) un peu brisés. L’un est un vétéran du vietnâm, où il a laissé sa tête et une partie de son corps, l’autre, un lâche qui ne s’engage dans rien – à commencer par la guerre – évite les ennuis, se réconforte à la bouteille. Ils font un ménage à 3 avec une fille, paumée elle aussi. Bone – campé par Jeff Bridges – par un hasard un soir, voit un type se délester d’un cadavre dans une benne à ordure. Il le voit, je disais, il l’entraperçoit plutôt, retient principalement une silhouette et des lunettes de soleil. Il se persuade, sur la seule base des lunettes et de l’intuition, que JJ Cord, un industriel puissant, est le coupable. Fidèle à sa nature, il se contenterait bien de maudire ce notable, riche et influent, et de s’en tenir là. Un bouc émissaire qui rende sa lâcheté un peu plus digeste, que demander de mieux ? Cutter, que l’échec idéologique de la guerre a laissé sur sa faim, irait bien, lui, châtier cette crapule. Il veut de la justice, de l’héroïsme, des faits d’armes. Les 2 amis tout à leur parano, décident de confondre Cord par la biais d’un chantage.

Read more

Under the Skin

C’est difficile de présenter l’histoire de ce film sans en dire un peu trop. Il est adapté d’un roman de Michel Faber ; en jetant un bref coup d’oeil sur sa page wikipedia – ce qu’on décommande à ceux qui souhaitent vraiment découvrir le film – on se rend compte à quel point il en a réduit la trame à peau de chagrin. Glazer supprime tout le background qui présente les personnages, les situe, donne leur motivation. Il ne conserve que les gestes. Scarlet Johansson attire des hommes, les séduit, et les tue. De quelle manière et à quelle fin ? On ne sait pas exactement.

Read more

1982

Le film plonge son action à Philadelphie, en 82 comme l’indique le titre. Période qui correspond à l’enfance du réalisateur, et aux prémices de l’épidémie de crack qui allait faire tant de ravages au sein des populations les plus défavorisées. 82, grande année, année tragique, voilà le ressenti de Tommy Oliver. La reconstitution de l’époque est parfaite.

Read more

The Rover

Ca partait pas mal ce film : une voiture fonce à travers le désert, se retourne devant une petite baraque perdue. C’est une habitation, une boutique, allons savoir, quoiqu’il en soit, il y a dedans un type absolument éteint, qui se gnôle consciencieusement. Les types de la voiture, des gangsters, ils se sont disputés, quittent leur véhicule, pas trop meurtris pas les tonneaux, forcent la 1ère voiture qu’ils voient et s’en vont. Le gars de la baraque, pose sa bouteille, sort, désempêtre la tire des malfrats, et les prend en chasse. Tout ça se passe on ne sait trop où, on ne sait trop quand, quelque part dans le futur, quelque part dans les grands plateaux du Centre de l’Australie, le désert devant, le désert derrière, et la Mort à l’horizon.

Read more

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

Pour son troisième long métrage, le réalisateur suédois Felix Herngren a choisi d’adapter le best-seller de son compatriote Jonas Jonasson, Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire (2010, 2011 en France). Succès sans précédent au box-office suédois, le film risque d’avoir plus de mal à conquérir le public français à cause de ses interprètes surgrimés qui manquent de conviction et d’une lenteur excessive. Pourtant, l’humour loufoque est bel et bien présent, et réserve quelques scènes d’anthologie.

Read more
/**