Archive for month: juillet, 2012

Insolation

Pour son 1er film le metteur en scène de théâtre brésilien Felipe Hirsch, en collaboration avec sa chef décoratrice – qui cosigne le film – transpose dans un contexte contemporain des petites histoires inspirées de Pouchkine, Tourguéniev et Tchékhov.

5 variations sur l’amour et la solitude. 5 tableaux indépendants qui dépeignent les errements d’une petite poignée de personnages, plus ou moins liés entre eux.

Read more

Adrienn Pál

Une infirmière obèse travaille au service de soins palliatifs d’un hôpital de Budapest. Elle exécute machinalement les tâches pour lesquelles elle est employée, qu’il s’agisse d’aide à la personne – on sait combien ça peut être difficile et, de surcroît, mal récompensé – ou de transport des corps quand, inévitablement, un patient décède. Tout ça sans la moindre émotions. C’est que les malades sont le plus souvent incapables de reconnaissance, et les médecins, pour leur part, routiniers eux aussi dans leur activité, estiment qu’il n’y a rien d’autre qu’un métier fait ou pas.

Read more

La Nuit d’en Face, Raul Ruiz

La Nuit d’en Face, film testament du réalisateur chilien Raul Ruiz, décédé en août 2011, est sorti début juillet. Devant l’avalanche de critiques dithyrambiques, nous avons un peu hésité avant d’écrire dessus, craignant qu’on nous accuse d’oser donner notre opinion personnelle et de faire preuve de subjectivité. Et puis Mouss Diouf nous manquait: un grand talent s’en était allé, avec modestie, sans susciter l’émoi de la presse sauf de la part de Paris Match et Pure People. On n’avait pas eu droit à une rétrospective de ses meilleures apparitions dans Julie Lescaut alors que Ruiz récoltait tous les éloges… Vraiment pas juste…

Read more

After Life

Un préparateur de cadavres, joué par Liam Neeson, a la faculté de communiquer avec les morts qu’il embaume. Conversation doublement embarrassante : d’abord parce que ceux-là, à leur réveil post-mortem, ne se savent pas trépassés ; il s’imaginent sortir d’un mauvais rêve, groggy, et s’étonnent de voir un inconnu manier devant eux scalpel et fil-à-coudre. Il faut leur dire les choses. Ca n’est pas agréable à entendre et c’est surtout difficile à accepter. Ensuite, parce que le contexte n’est pas le plus favorable à une discussion en bonne intelligence : s’entretenir avec son esthéticien, passe, son chirurgien, un peu moins.

Read more

Laurence Anyways

Laurence Alia est professeur de français. Il est intelligent, cultivé et semble vivre une relation amoureuse épanouie avec sa compagne, Fred. Ensemble, ils s’amusent à dresser des listes de ce qui leur plaît, ce qui ne leur plaît pas, vivent pleinement, évitent de s’enraciner dans une quelconque routine. Pourtant, un jour, Laurence sort de lui et révèle à Fred avec la violence qui accompagne invariablement ce qui a été trop longtemps retenu qu’il ne supporte plus son corps, qu’il se sent en inadéquation avec ; qu’il ne l’a, en fait, jamais supporté.

Read more

Les Enfants de Belle Ville

Le succès en France des derniers films d’Asghar Farhadi, A Propos d’Elly et Une Séparation surtout, ont encouragé le distributeur, Memento Films, à sortir celui-là, tourné en 2004, qui n’avait pas bénéficié d’une exploitation en salle en France à l’époque.

Read more

La Servante

A l’initiative de Carlotta Films, La Servante , du coréen Kim Ki-Young, restauré par la World Cinema Foundation ressort en salles, le 11 juillet.

Un professeur de musique, marié, embauche une servante à domicile. Celle-ci, sous la menace d’un chantage, contraint le professeur à avoir une liaison avec elle et, peu à peu, le tyrannise sous son propre toit, devant sa famille, jusqu’à conduire tout le monde, elle-comprise, au désespoir.

Read more

Historias, Julia Murat, 17 juillet

Sélectionné à la compétition officielle du festival Cinélatino de Toulouse (d’où il est reparti avec le prix des Cheminots et celui des Électriciens Gaziers; merci Toulouse la rouge!) en mars-avril derniers, Historias est actuellement en compétition au festival Paris Cinéma avant une sortie nationale le 18 juillet. Une réflexion poétique et sensible sur la mort et la transmission avec pour toile de fond un petit village brésilien, Jotuomba, peuplé uniquement de vieillards…

Read more

To Rome with Love

Avec To Rome With Love, Woody Allen nous offre une jolie comédie dont il a le secret : un tourbillon de personnages névrosés plein de rebondissements, agrémenté de savoureux dialogues. Pour son nouveau long-métrage, le 47e film du cinéaste désormais âgé de 76 ans mais qui n’a rien perdu de sa malice et de son piquant, Woody Allen part à Rome. Rome, ville antique et romantique, littéraire et picturale ; la belle Rome, Ville Eternelle, théâtre du mélange de l’art bourgeois et populaire. Le cinéaste n’est pas sans s’en inspirer : de l’opéra à la commedia dell’arte, en passant par la comédie à l’italienne des années 60, il sait mélanger les genres comme personne.

Read more
/**