Archive for month: novembre, 2008

Musée Haut Musée Bas

Jean-Michel Ribes, homme de culture, homme de théâtre, directeur du Théâtre du Rond-Point, adapte sa pièce de théâtre à succès Musée Haut Musée Bas (2004) au cinéma. Programme alléchant. Jusque-là on connaissait Ribes, cet agitateur d’idées qui s’est exercé avec brio dans la série Palace , pour son humour, sa fantaisie débridée et iconoclaste. On le découvre aujourd’hui avec ce film vautré dans une certaine complaisance. Certes, il est bien de parler d’art (qui plus est d’art contemporain) au cinéma. Il est bien aussi de dédramatiser (par l’humour et la dérision) notre rapport à l’œuvre, au musée, à la création… Mais si tout cela sonne creux et que l’on sort de la salle de cinéma la tête encore plus vide qu’en y entrant, à quoi cela sert-il ?

Read more

Mensonges d’Etat

Le réalisateur de Gladiator et American Gangster signe un film d’espionnage intense composé de trois ingrédients gagnants: des acteurs au jeu impeccable, des décors naturels magnifiques et de l’action utilisée à juste mesure.

Read more

Two Lovers

Pour leur troisième rencart, James Gray et Joaquin Phoenix déballent leurs tripes sur la table et sortent les Kleenex.

Read more

In search of lost times

En 1963 Andy Warhol réalise Sleep , un film de six heures où le poète américain John Giorno est en train de dormir. Un an plus tard Warhol renouvelle l’expérience avec Empire , huit heures durant lesquelles on voit l’Empire State Building de New York. Actuellement, Rebecca Bournigault présente In search of lost times à la galerie Frédéric Giroux. Un film d’une durée de soixante heures.

Read more

The Duchess

Keira Knightley en couple à trois avec Ralph Fiennes dans un biopic « robes et perruques » cruel et glaçant.

Read more

Les Fils de l’Homme

Au-delà d’un scénario attractif sur l’extinction de la race humaine, Les Fils de l’homme est un véritable bijou de réalisation qui ravira les amoureux des nouvelles techniques de tournage. Un dvd incontournable.

Read more

Mesrine : l’instinct de mort

La sortie de ce film s’accompagne de l’inévitable question de la représentation héroïque d’un gangster. Comment doit-on le montrer ? Derrière cette formulation pèse déjà toute la culpabilité qui, en fin de compte, rend le problème caduc: il ne s’agit pas de « devoir » mais bien plutôt de « vouloir », l’un étant la contrainte qui étouffe l’autre.

Read more
/**