Problème de l’adaptation

La similitude formelle entre le jeu vidéo et le film de cinéma, similitude qui s’accroît de plus en plus, a conduit à penser l’évidence de la transposition du premier vers le second.

Le facteur le plus important fut l’apparition de la 3D : celle-ci a contribué, d’une part, à donner aux développeurs de jeux les moyens de concevoir des séquences, dites cinématiques , dont la mise en scène est riche des mêmes possibilités que n’importe quel anime , et d’autre part, à pouvoir proposer de véritables scénarios.

finalfantasy

Il est à noter, cependant, que le jeu vidéo n’a pas attendu la liberté de la 3D pour introduire des séquences scénarisées et non interactives dans son développement ; depuis les premières consoles ces passages ont toujours existé : dans Mario Bros , par exemple, à chaque fin de niveau le plombier moustachu, après avoir vaincu Bowser, croit délivrer la Princesse Champignon qui s’avère n’être qu’un simple citoyen de son Royaume, ce qui le contraint à poursuivre son aventure. Mais ces séquences en 2 dimensions privent les game designers de toute mise en scène : la 3d, et la cinématique donc, ont permis de faire dans ces séquences, dont le but est de favoriser l’immersion et de relancer le jeu, un vrai découpage de cinéma.

La 3D a aussi permis de fondre le développement scénaristique et son interactivité. Les personnages évoluent plus librement, à l’intérieur de maps où leur mouvements ne sont plus cantonnés à gauche-droite / haut-bas, leurs actions plus exclusivement limitées à sauter / frapper ; ils peuvent gérer des listes d’accessoires, se confronter à des personnages dont l’intelligence artificielle est de plus en plus évoluée ; bref, à l’heure des RPG , où l’on peut vivre une aventure écrite avec un vrai scénario, l’adaptation jeu vidéo / cinéma coule tout simplement de source. Pourtant.

Disposant d’une construction scénaristique entièrement basée sur l’interactivité, l’adaptation s’est, finalement, vite avérée délicate. Il faut trouver un objet caché qui permettra d’accéder à une nouvelle pièce, récupérer des munitions ou des kits du survie disséminés sans vraisemblance partout dans le niveau. Les moments les plus prenants, ceux qui nécessitent le plus d’attention du joueur par le challenge qu’ils lui imposent, n’ont bien souvent aucun intérêt dans une transposition cinématographique. Dans la même mesure, les moments forts dans un film, quand les conflits entre les personnages atteignent leur maximum de tension, ne présentent à coup sûr aucun intérêt dans le jeu vidéo. Pour ces raisons, il n’a encore été fait, aujourd’hui, aucune adaptation fidèle de jeu vidéo en film. Final Fantasy , référence du RPG, genre qu’on a reconnu comme étant le plus propice à cette transposition, est, significativement, certainement l’adaptation la moins fidèle à avoir été faite; moins encore que Mortal Kombat ou Street Fighter .

mortalkombat

En définitive, et au vu de ce qui a été tourné pour l’instant, un jeu offre à l’adaptation un canevas de personnages et de décors, une ligne pour la direction artistique mais aucune vraie structure dramatique. De ce point de vue, un jeu est à peu près aussi adaptable qu’une peinture et toujours nettement moins qu’un roman.

Si donc les univers du jeu vidéo et du cinéma semblent être faits de la même substance, comme l’huile et l’eau ils ne se diluent pas l’un dans l’autre. La cinématique, ce moment donc où le jeu se stoppe pour lancer une séquence programmée en tout point cinématographique, s’avère précisément être un arrêt du jeu. Elle s’inscrit dans le jeu sans qu’il soit possible d’y prendre part ; interagir à l’intérieur reviendrait à briser sa cohésion dramatique.

Si on leur prête un avenir commun, au point qu’on ne sait plus bien si l’interactivité totale est l’avenir de l’un ou de l’autre, les deux médias audiovisuels répondent, à l’heure actuelle, à des intérêts qui leur sont propres et n’arrivent toujours pas à se rencontrer aussi simplement qu’il n’y paraîtrait.

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

6 Responses to "Problème de l’adaptation"

  1. Céline Egéa says:

    Cet article est un petit bijou, la comparaison finale avec l’art pictural est délectable ! Mais pourquoi, Pierre, ne te lit-on pas plus souvent ???! 😉
    Très bien mené donc, juste 2 bricoles au début :
    – dont la mise est riche des mêmes possibilités : la mise en scène ?
    – scènes scénarisées : pas top top, scènes dotées de scénario ??
    – Fin du 3e paragraphe : Pourtant. : Et pourtant. ? (allez, je chipote…)
    Voili,
    Cel

    Répondre
    • Baptiste Lusson says:

      Très bon article, j’ai réduit l’image du Seigneurs des anneaux. Serait-il possible d’avoir un logo (image) pour l’article ? J’en mets un(e) dites moi si cela vous va.

      D’accord avec les propositions de Céline.

      Baptiste

      Répondre
      • Pierre Fonsagrive says:

        Il s’agissait bien sûr de la « mise {en scène} », you’re right.

        Pour les « scènes scénarisées », c’est vrai que c’était très vilain, à force de trop se relire on entend plus les mots ( voire on oublie carrément d’en écrire certains … ) Bon j’ai préféré remettre « séquences », en espérant que je le répète pas trop dans ce paragraphe. « scènes dotées de scénarios », le problème était un peu le même…

        Pour le « Pourtant » contre « Et pourtant », je trouve que ça se vaut, si vous préférez le 2nd, il n’y a aucun problème.

        Et OK pour l’affiche Baptiste.

        Répondre
        • Baptiste Lusson says:

          Merci de ta réponse Pierre.

          Nous laisserons le « Pourtant ».

          Article mis en ligne ce soir.

          Bonne nuit

          Répondre
    • Pierre Fonsagrive says:

      Salut Céline,

      oui au fait, si tu as bien aimé la comparaison avec l’art pictural, je dois te dire que, finissant mon article sur le cinéma interactif, trop souvent ( à mon goût ) perçu comme étant une évolution du cinéma normal ( au même titre que le son ou la couleur) j’ai été tenté par ajouter que voir les choses ainsi était comme considérer que {Le Livre dont Vous êtes Le Héros} est une évolution du roman traditionnel, et puis bon, je me suis abstenu … je me suis dit que j’allais partir dans autre chose, mais ça m’aurait amusé !

      Répondre
      • Céline Egéa says:

        Ah ah, c’est que ça aurait pu être très intéressant ça… tu aurais pu justement proposer au lecteur 2 choix, la fin telle qu’elle est actuellement, et cette autre piste. Un article interactif, quoi… 😉

        Répondre

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**