Les USA contre John Lennon

Se concentrant sur les années 1966-1976, David Leaf ( Beautiful Dreamer : Brian Wilson & the story of Smile ) et John Scheinfeld ( Who is Harry Nilsson (and why is everybody talkin’ about him) ), salués outre-Atlantique pour leurs nombreux documentaires sur la pop culture (Elvis, The Bee Gees, les Marx Brothers, Frank Sinatra, Peter Sellers…), reconstruisent avec brio le puzzle entre événements historiques et culture populaire.

Si beaucoup pensaient encore que la paranoïa de John et Yoko n’était due qu’à un excès de substances illicites, ce reportage apporte de quoi les réduire au silence.

On pourrait évidemment reprocher quelques longueurs ainsi que l’absence de témoignages d’Américains moyens – comment ont-ils perçu l’engagement de John Lennon ? – mais ce morceau d’histoire servi par David Leaf et John Scheinfeld est simplement captivant.
Un flot d’archives précieuses – on retiendra la scène où une rédactrice du New York Times invective John et Yoko après leur ‘ Bed in for peace ’ : « Vous vous ridiculisez ! Vous nagez en plein délire imaginaire. Qu’avez-vous fait concrètement pour la nation ? » Quel journaliste se permettrait aujourd’hui d’agresser son invité en direct, qui plus est un Beatles ?

Un choix pertinent et judicieux de témoignages. Black Panthers (Angela Davis et le fondateur Bobby Seale), activistes yippies (le Youth International Party), ex-agents du FBI en charge des missions de surveillance, membres de l’administration Nixon, proches de la star, reporters, chaque témoin apporte bien plus qu’un intérêt au déroulement de la reconstitution, mais une lourde pierre à l’édifice.
Pourquoi le gouvernement américain s’en est-il pris à John Lennon ? Que représentait-il de si dangereux ?

Au service de cette enquête quasi archéologique (bobines inachevées, bulletins d’information jamais rediffusés, enregistrements et photos privés), les infatigables David Leaf et John Scheinfeld apportent en filigrane leur témoignage sur la culture pop. De par la bande son – 37 des 40 chansons du film datent de la carrière de Lennon après la rupture avec les Beatles – mais surtout grâce à la présence étincelante du vétéran Ron Kovic (Né un 4 juillet). Son récit, que l’on aurait au premier abord difficilement lié à la carrière du chanteur, apparaît comme une évidence. Qui, mieux que Ron Kovic, pouvait témoigner de ce sentiment de dégoût et d’abandon par le gouvernement qu’a vécu la jeunesse patriote ? Qui, mieux que Ron Kovic, héros du film aux deux Oscars réalisé par Oliver Stone et interprété par Tom Cruise, pouvait représenter, avec John Lennon et le mouvement yippie, la culture des années 70 ?

S’il ne fallait retenir qu’un reportage sur l’engagement peace and love de John Lennon, ce serait celui de David Leaf et John Scheinfeld qui signent ici, et c’est Yoko Ono qui le dit, le plus bel hommage au compositeur d’Imagine.

Titre Original : The U.S vs. John Lennon
Ecriture, Réalisation, Production : David Leaf et John Scheinfeld
Consultant historique : Jon Wiener, auteur de Gimme some truth
Montage : Peter S. Lynch, II
Photographie : James Mathers
Pays : Etats-Unis
Genre : Documentaire
Date de sortie : 16 Avril 2008
Durée : 1h39
Année de production : 2008
Distribution : Metropolitan Filmexport
Images © Metropolitan Filmexport

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**