Des Indes à la planète Mars

Catherine-Elise Müller serait aujourd’hui totalement ignorée ou marginalisée : imaginez une femme qui, au milieu de séances de spiritisme, se met à inventer un langage ?. Suite à sa rencontre avec Théodore Flournoy, le psychologue, Catherine-Elise change sa médiumnité visuelle, auditive et « typtologique » (par coups frappés), pour entrer dans des transes somnambuliques dont elle ne se rappelle rien. Elle écrit alors de grands cycles (des histoires) où elle prend des personnalités différentes : il y a le cycle martien, ultramartien et royal. Elle créait à cette occasion deux langues, une d’intonation orientale et l’autre martienne.

Christian Merlhiot et Mathieu Orléan ne sont pas des auteurs de fiction, à la différence du médium, mais ils sont passionnés par les langues, leur invention, ainsi que par les mystificateurs. Le sujet est idéal, spiritisme, amour, invention, voyages… beaucoup d’ingrédients pour réaliser un film. Cependant le récit que développent les deux cinéastes ne se fonde pas sur les écrits de Théodore Flournoy mais sur les comptes rendus de son assistant Auguste Lemaitre, car ceux-ci retracent parfaitement la chronologie de l’apparition des inventions (histoires et langues) d’Elise Müller.

Le film privilégie la parole plutôt que l’image, aucune scène d’époque n’est reconstituée. Les acteurs sont assis ou debout devant leur micro, lisant leurs textes. Ainsi, le spectateur peut écouter relativement librement les mots et leur musique. À la question du choix d’un plateau radio pour le tournage, Christian Merlhiot répond que « la radio, le studio, l’immatérialité des voix livrées aux ondes hertziennes » se sont imposés.

Ainsi, c’est un documentaire et non une fiction que l’on suit durant 80 minutes, un documentaire remontant le temps, où s’expriment des acteurs, notamment Jacques Bonnaffé dont la voix amplifie chaque description et Mireille Perrier en Elise. Car le film semble être un documentaire sur le travail des acteurs enfermés dans un studio lors d’un enregistrement. Comme des fenêtres ouvertes sur l’autre monde, celui du rêve d’Elise, nous nous retrouvons en Inde, au bord d’un bassin, ou sur une plage, avec une femme, Mireille Perrier, dont la voix habite le film.

Effet de style ou réel intérêt cinématographique, difficile à dire. Le film est sans conteste une œuvre à part, contemplative, mais parfois longue, qui s’étire comme une œuvre naïve n’arrivant pas vraiment à trouver les mots justes.

Réalisation : Christian Merlhiot, Matthieu Orléan
Interprétation : Jacques Bonnaffé, Mireille Perrier, Boris Alestchenkoff
Pays : France, Suisse
Durée : 1h 20min
Année de production : 2007
Sortie en France : 02 avril 2008 dans une salle (L’Entrepot, Paris 15ème jusqu’au 30 avril 2008)
Distribution : Pointligneplan
Images © Pointligneplan

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**