GAL

Quand Manuel Mallo (José Garcia) et Marta Castillo (Natalia Verbeke), journalistes au Diario 16, un quotidien national, sont contactés par une taupe qui dit pouvoir leur apporter la preuve que le GAL répond aux ordres du gouvernement espagnol, ils comprennent très vite qu’ils ont entre les mains de quoi faire tomber des têtes parmi les hauts responsables. Et provoquer le scandale du siècle.

Après El Lobo (2 millions de spectateurs en Espagne), le duo Miguel Courtois (réalisation)-Antonio Onetti (scénario) s’offre une seconde fois le luxe de compiler quinze années d’affaires en 1h40. Et, surtout, de rendre compréhensible l’emmêlé, l’étouffé, le tu, le fouillis volontaire. Au moins quatre piles de dossiers épais comme un Faites entrer l’accusé – l’ETA, le GAL, les journalistes, le gouvernement – entremêlés à la manière des meilleurs thrillers policiers : documents d’archives, dialogues d’origine, vrais ripoux et grincements de dents.

Avec comme patron un scandale aussi fascinant que méconnu, on peut se demander pourquoi ne pas avoir choisi la facilité du format documentaire – abordé précédemment avec 11mars, histoire d’un attentat, son documentaire sur les attentats de Madrid. Car en prenant le pari d’attirer un spectateur plus léger – José Garcia en guise de ticket d’entrée –, Miguel Courtois nous impose une histoire d’amour entre les deux journalistes tout à fait superflue. Néanmoins, l’intérêt du long métrage prend tout son sens au creux des pauses humoristiques déposées comme un souffle d’humanité à ces enchaînements de magouilles à peine croyables. Le personnage de Paco Arizza (Jordi Molla), pantin détestable et prétentieux, est si ridiculisé que le doute s’empare un instant du spectateur. Ces attaques commanditées ne seraient-elles pas, finalement, le fruit de l’imagination de cet illuminé, digne des frères Coen ? La réalité dépasse souvent la fiction. Le duo boucle l’enquête et ferme la porte derrière lui.

Pour le dénouement, plusieurs mises en examen pour séquestration, assassinats, homicides et détournements de fonds publics ; et, surtout, l’emprisonnement des plus hauts fonctionnaires du ministère de l’Intérieur, en poste sous le gouvernement présidé à l’époque par Felipe Gonzalès Marquez. Une première dans un pays démocratique.

Réalisation : Miguel Courtois
Scénario : Antonio Onetti
Musique : Francesc Gener
Photographie : Carlos Suarez
Interprétation : José Garcia, Natalia Verbeke, Jordi Molla
Pays : Espagne, France
Genre : Thriller policier
Date de sortie en France : 7 mai 2008
Durée : 1h40min
Année de production : 2006
Distribution : EuropaCorp Distribution
Images © EuropaCorp Distribution

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**