Iron Man

Le constat est simple : les missiles tuent aussi bien les bons que les méchants. Or la paix ne peut s’obtenir que par les armes, donc il faut faire des armes plus « efficaces », qui permettent de ne tuer que ceux qui méritent la mort. Au moins, c’est logique. Dans son film, John Favreau ne cesse de nous présenter Iron Man comme un superhéros brisé qui consacre le restant de sa vie à réparer le mal qu’il a fait dans son inconscience, alors qu’en réalité, Tony Stark reste toujours fidèle à lui-même. Loin de ne plus fabriquer d’armes, il pousse la technologie plus avant et devient lui-même une arme. Le générateur qui fait battre son coeur alimente aussi son armure et ses missiles. On est plus proche d’un kamikaze que d’un pacifiste.

Il est intéressant de retrouver le même postulat de base entre Iron Man et… Crime et Châtiment de Dostoïevski : pour Raskolnikov, il existe une catégorie d’hommes supérieurs, qui se distinguent par leurs actions, incompréhensibles par leurs contemporains, mais fondatrices d’un ordre nouveau. Il décide alors d’assassiner une vieille usurière. C’est un scandale pour la société, mais, il le croit du moins au début, ce meurtre est juste, puisque sa mort soulagera ses créanciers. A aucun moment Dostoïevski ne juge Raskolnikov, il se contente de l’accompagner. Albert Camus, dans L’Homme révolté, en tirera la conclusion qu’on ne peut tuer autrui sans se tuer soi-même et trahir ainsi le sentiment d’absurdité et de révolte qui avait provoqué son geste. Iron Man ne parvient jamais à cette conclusion, puisqu’on ne considère jamais les « méchants » comme des hommes, mais comme des machines à tuer, à l’image de ce duel final… entre deux robots.

Le vrai combat du film n’est pas contre les armes, mais contre leur commerce. Le véritable affrontement n’est pas entre violence et non-violence, mais entre l’inventeur génial, solitaire, séduisant, mystérieux, et le directeur-négociant qui cherche, avec ses équipes d’ingénieurs, sa propre puissance et sa propre richesse à tout prix, mais sans travail et sans honneur. Batman, Superman ou Spiderman subliment les fantasmes et les angoisses adolescentes ; Iron Man veut rétablir la justice universelle et sortir les troupes américaines de ce « nouveau Vietnam ». Même pour un superhéros, c’est un peu beaucoup.

Robert Downey Jr arrive à donner un charme impassible et résigné à Tony Stark, alors que Gwyneth Paltrow pétille dans son rôle d’Emma Peel de seconde main… L’un avait interprété Chaplin dans la biographie d’Attenborough, l’autre, l’égérie de Shakespeare dans Shakespeare in Love … Comme quoi, les armes, même à l’écran, ça doit rapporter.

Réalisation : Jon Favreau
Scénario : Arthur Marcum, Matt Holloway, Mark Fergus, Hawk Ostby
Photographie : Matthew Libatique
Musique : Ramin Djawadi
Interprétation : Robert Downey Jr., Terrence Howard, Gwyneth Paltrow
Pays : Etats Unis
Genre : Fantastique, Action
Date de sortie en France : 30 Avril 2008
Durée : 2h 5min
Année de production : 2008
Distribution : SND
Images © SND

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**