As tears go by

Un premier film, déjà un style propre. Lieu commun, certes, mais important à rabâcher pour le coup. Puisque sans cela nous n’aurions sans doute jamais eu la chance de découvrir quelques années plus tard le deuxième opus de son réalisateur, le grand Nos années sauvages .

© DR

Wong Kar-wai a trente ans. Il est scénariste depuis déjà quelques années et c’est après avoir notamment collaboré avec Patrick Tam qu’il se lance dans sa première aventure « solo ». A l’instar du film qui le révèlera au public occidental ( Chungking Express ), As tears go by sera tourné « à l’arrache », le réalisateur et ses nombreux acolytes montant le film pendant le tournage même. Pas le temps de revenir inlassablement sur le même motif, les différentes scènes seront en outre presque toutes filmées caméra à l’épaule.

« Film d’étudiant » selon les propres mots du chef d’orchestre novice, As tears go by sera, chose unique dans l’œuvre du cinéaste hongkongais, agencé de manière linéaire. Aucun flash-back mais déjà des ralentis pour les très stylisées scènes d’action du film. Et une vraie patte, comme vous l’aurez compris.

Ne se contentant pas de singer son maître de l’époque (cf l’influence revendiquée de Mean Streets , dont As tears go by reprend grosso modo la trame), Wong Kar-wai suit l’évolution de ses deux antihéros condamnés à l’avance. L’un a les pieds sur terre mais demeure sans ambition, l’autre en a à revendre mais sa tête est restée au ciel. Comme le Johnny Boy du film de Martin Scorsese, Fly se met lui-même des balles dans le pied pour mieux tomber. Et il entraînera évidemment son frère-protecteur dans sa chute.

Pas de héros, mais pas de gangsters non plus. Juste deux paumés qui, chacun à leur façon, cherchent leur salut quitte à y laisser leur peau. Wong Kar-wai les filmera avec beaucoup de justesse, eux et Maggie Cheung, un peu potiche et faire-valoir d’un Andy Lau parfait. On se demande d’ailleurs pourquoi l’affiche du film privilégiera l’amourette entre ces deux beaux gosses plutôt que la relation entre les deux ratés à la vie à la mort. Sans doute par simple argument commercial.

Ami lecteur, cours voir ce premier film, tout juste sorti en « édition prestige » certes décevante (l’interview de Wong Kar-wai ne nous apprend pas grand-chose, les images et le son « restaurés » laissent parfois à désirer) mais qui a au moins le mérite de faire sortir de l’oubli ce beau coup d’essai d’un auteur certes répétitif dans certains de ses thèmes, mais au final toujours là où on ne l’attend pas.

Réalisation : Wong Kar-Wai
Scénario : Wong Kar-Wai
Musique : Chung Tin Yat, Teddy Robin Yat
Interprétation : Andy Lau, Maggie Cheung, Jacky Cheung, William Chang, Kau Lam, Alex Man, Ronald Wong
Édition : CTV International
Distribution : TF1 Vidéo
Sorti en DVD : le 7 mai 2008
Durée : 85 min
Nombre de disques : 2
Format : 2 DVD-9

Bonus vidéo
Interview inédite de Wong Kar-Wai

Images © TF1 Vidéo

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**