Une chanson dans la tête

Bruno Caprice, c’est son nom (!), ne croit plus en lui ; son charme est passé, sa chanson, usée, démodée. En France, c’est un has been, une curiosité de fin de soirée, prompt à amuser, un peu comme des vieux disques kitsch retrouvés par hasard ou une soirée gloubi-boulga. Régression infantile bienheureuse pour les uns, sévère coup de vieux pour lui. Ça l’amuse moyen.

Miss Harfourche, Libanaise bourgeoise à la frivolité assumée, croit toujours en lui. Elle a gardé intact son émoi de jeune fille vis-à-vis du crooner d’alors. C’est que la vie là-bas n’est pas la même qu’ici : alors que la guerre commence à faire ses ravages, l’insouciance candide de la chansonnette, son sentimentalisme léger sont un refuge à la violence extérieure, un abri, au propre comme au figuré, contre les bombes et la douleur.

Caprice entreprend donc au Liban un voyage de la redécouverte de soi, quoiqu’il ne s’y attende pas ; bien au contraire, c’est l’âme sinistre qu’il s’y rend, pour livrer un ultime concert dont l’absurdité ne lui échappe pas : une ex-groupie qui l’aurait vu en 1976 et qui trente ans plus tard le fait venir dans un pays déchiré où on ne peut pas le connaître… qui croirait, en effet, que Beyrouth ait l’âme guillerette, le goût de la chanson ? Et pourtant. Le voyage, il l’a même déjà fait, mais le souvenir, il l’a perdu dans la grisaille de sa vieillesse.
Dans cet ailleurs, sans aller jusqu’à découvrir la fontaine de jouvence, il retrouvera quelque chose d’un parfum de jeunesse, ainsi que le sens de sa chanson, ce pourquoi il l’avait écrite, ce qui dépasse son apparente superficialité ou plutôt ce qui dans sa superficialité même touche.

Si la tension de son pays reste en arrière-plan, Hany Tamba ne s’appesantit pas dessus. Ce n’est pas le propos ici. Une chanson dans la tête est avant tout une comédie, légère (comme l’est la chanson), parfois burlesque, où les méchants ne le sont pas vraiment, un premier film somme toute plutôt humble, qui ne s’effondre pas sous la gravité du réel.

Réalisation : Hany Tamba
Scénario : Hany Tamba
Musique : Khaled Mouzannar
Interprétation : Patrick Chesnais, Pierrette Katrib
Pays : France-Liban
Genre : comédie
Durée : 1h38
Année de production : 2007
Date de sortie : 13/08/08
Distribution : Haut et Court
Images © Haut et Court

written by

The author didn‘t add any Information to his profile yet.

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/**